Rawaa Beauty se fait gifler par son mari dans une vidéo Tik Tok

Par le 26 octobre 2021 à 8:51

L’influenceuse Rawaa Beauty a scandalisé les internautes en banalisant les violences conjugales dans une vidéo Tik Tok.

Publicité

 

Elle s’appelle Rawaa Beauty et elle est suivie par  3 millions  d’abonnés sur son compte Instagram. Elle a récemment fait une vidéo avec son mari qui l’a gifle …N’ayant pas conscience  qu’avec ses 3 millions d’abonnés, elle normalise les violences conjugales en les influençant.

Publicité

Sensée  être drôle, la vidéo reste de mauvais goût pour certains d’autres non, ce qui suscite des interrogations sur les dérives de notre société qui banalisent les violences faites aux femmes.

 

Ces dernières années, des cas de violences faites aux femmes  ont défrayé la chronique au Maroc tandis que des associations de droits humains et les médias tirent régulièrement la sonnette d’alarme sur les violences subies par les femmes, en particulier dans la rue.

En 2018, après plusieurs années de vifs débats, une loi contre les violences faites aux femmes est entrée en vigueur. Pour la première fois, elle rend passible de peines de prison des actes « considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement  ».

Le texte a toutefois été jugé «  insuffisant  » par les mouvements de défense des droits des femmes, qui appellent à plus de fermeté face à ce fléau. Et il y a de quoi faire.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

6 avant-après de Marocains qui ont fait le buzz sur Youtube

Quand les marocains parlent aux marques sur les réseaux sociaux

12 choses que les femmes enceintes font en secret

Les plus belles mosquées à travers le monde

Ces horreurs que nos parents nous faisaient porter quand nous étions enfants

10 toilettes originales qui vous donneront bien envie d'uriner

23 signes qui montrent qu'elle est ta meilleure amie... la vraie

8 bonnes raisons de sortir avec un médecin

7 bonnes raisons d'essayer les 'blind dates'

6 choses auxquelles tu penses quand tu quittes le Maroc