fbpx

Dadju passe de la musique au cinéma

Par - 38 réactions

« IMA » sort le 13 mai. C’est un film  avec la star Dadju. Ce film tourné à Kinshasa, la ville de son enfance, raconte l’histoire d’un de ses concerts. Laetitia, une de ses plus grandes fans, rêve d’y assister mais le concert affiche complet. Elle fera tout pour y aller…

Publicité

Dadju se rend à Kinshasa, la ville de son enfance, pour donner un concert dans quelques jours. Laetitia, une de ses plus grandes fans, rêve d’y assister mais le concert affiche complet. Elle supplie alors son père de jouer des connexions de son patron Yavan, un
puissant et riche homme d’affaires, pour lui trouver des places. Celui-ci convainc Dadju de se produire pour un concert privé dans sa propriété, espérant ainsi séduire la sœur de Laetitia, l’envoûtante Ima. Maisn pendant le concert, le coup de foudre est immédiat pour Dadju qui ne quitte plus Ima des yeux…

Publicité

 

Genèse du film ?

« Cela fait un moment que je pensais au cinéma sans pour autant monter un projet concret. En parallèle de ma musique, j’essayais de m’imprégner du 7ème art comme dans mes clips, par exemple. Ils sont souvent scénarisés, avec un grain cinématographique, il y a toujours une histoire, des personnages, de l’acting. J’ai même fait une trilogie pour accompagner la sortie de mon premier album autour de trois titres : « Intuition », « Comme si de rien n’était » et « Seconde chance », réalisés comme une série de courts-métrages. Mais je démarrais ma carrière, il était impensable pour moi de me projeter acteur. J’étais concentré sur ma musique. Quand la pandémie est arrivée, juste après la sortie de mon second album, j’ai pu m’asseoir, faire le bilan et envisager un projet mêlant musique et cinéma. J’avais une histoire d’amour en tête. Oui, il aurait été étonnant de me voir explorer un autre sujet pour mon premier film ! (Rires). Je me suis dit : « Pourquoi ne pas me lancer ? ». Petit à petit, séquence après séquence, avec l’aide de Nils Tavernier, je suis passé d’un clip de quatre minutes à un film d’1 heure 30. Nils m’a aidé à trouver une fin, à lier l’ensemble.

Dadju chanteur ou Dadju comédien ?

J’ai vite compris que mon expérience de jeu dans mes clips ne suffirait pas. C’est pour cette raison que j’ai décidé de prendre des cours. Je n’avais pas la prétention d’arriver et de dire « je suis comédien ». C’est un métier qui demande de l’expérience et du travail donc j’ai travaillé. Mon problème, c’est que dans la vie, je ne suis pas quelqu’un qui montre ce qu’il ressent, ce qui complique les choses quand on joue dans un film. Il m’a fallu apprendre à libérer mes émotions sur commande, à les exagérer et à m’adapter face à la caméra. « Rien n’est impossible » ? Exactement. C’est ce qui me pousse à faire de mon mieux pour y arriver. Aujourd’hui, avec tous les moyens qu’on a, je déteste qu’on me dise que quelque chose est impossible. Ce film, j’allais le faire seul, avec mes moyens, le diffuser sur YouTube. Puis, j’ai rencontré Nils.

Références du film ?

Bien sûr. « Bodyguard » avec Whitney Houston, « A star is Born » avec Lady Gaga. Des comédies romantiques, des classiques comme « Coup de foudre à Notting Hill » ou encore « Amour et basketball ». Ces films-là m’ont beaucoup inspiré pour faire ma comédie romantique à moi.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Notre vie entre les années 90 et aujourd'hui en photos

14 choses auxquelles tu penses en préparant ta valise pour voyager

Réviser avec son meilleur pote, c'est possible ?

Voici ce qu'elle vous coûtera votre fête de mariage marocaine

Mon beau Maroc : À la découverte d'Assilah, la cité des artistes

20 signes qui font de toi un (vrai) Sciences Maths

Si tu as plus de 7/10 à ce test, tu es un vrai barçaoui

5 destinations Marocaines pour un weekend à moins de 1500 Dhs par personne !

7 fausses idées que l'on a à cause du cinéma

À la découverte de Hamza Kadri, cet acteur marocain qui a percé à Hollywood