fbpx

Jazzablanca 2019: Casablanca sous les rythmes « Soul »

Par le 5 juillet 2019 à 11:15

La 14ème édition de Jazzablanca vient d’offrir une troisième soirée au supplément d’âme…

Publicité

Jamais deux sans trois. Tel est l’esprit de la troisième journée du festival qui met à l’honneur le Jazz et les Musiques actuelles. Au programme, des beaux moments de musique d’ici et d’ailleurs, à différents moments de la journée et de tout horizon.

Voici ce que vous avez raté. 

Publicité

Le Village Samsung a permis à de beaux projets musicaux de rencontrer le public marocain. Dès 18h15, le virtuose de Kénitra, Taha El Hmidi a présenté son projet « Out of Nowhere » avec des musiciens de talent marocains et français. Des morceaux Jazz Soul Blues d’une grande subtilité et d’une belle intelligence que le public a accueilli avec attention et beaucoup d’applaudissements.

Un concert aussi passionné a suivi celui du musicien marocain : l’hypnotique Judi Jackson a su prendre ses marques à Jazzablanca. La chanteuse, qui a déjà fait sensation la veille sur la même scène, a séduit avec des compositions personnelles et des reprises, tantôt depuis son piano ou au micro en investissant la scène de son charisme sans faille et de son timbre de voix authentique.

Sur la scène Anfa, la Soul était à l’honneur hier soir avec le britannique Micheal Kiwanuka. Un concert d’une rare beauté et d’une incroyable humanité où le guitariste virtuose et auteur compositeur et interprète de génie a livré ses titres phares, du premier qu’il a composé au dernier.

Une prestation incroyable qui a laissé le public bouche bée avec des titres passionnés tels que « Black man in a white world », « Home again », le célèbre « Cold Little heart » , générique de la série à succès « Big Little Lies ».

Sur la scène BMCI, le public de la Place des Nations Unis a accueilli avec une énergie contagieuse la tornade musicale de Rock Blues marocain Albert Cohen & The Hurricane et le groupe français Electro Jazz : NoJazz, les deux formations ont réussi à transformer la scène BMCI en un dance floor géant.

Dance Floor, est un mot que les after-concert du Festival ont adopté. Le Jazz Club a permis aux plus courageux de finir la soirée en mode d’antan avec Don Bryant & The Bo-Keys et son Blues de Memphis, le Village Samsung a été emporté par la foule grâce au tourbillon d’énergie de Guts& Les Akaras De Scovil et ses sonorités Afro Disco Jazz qui ont secoué le public.

La soirée s’est clôturée sur la scène le Roof et sa musique électronique pour les danseurs invétérés. Ce jeudi soir, c’est Noritsu, la Djette marocaine qui a régalé un public averti et connaisseur de ses mixs endiablés et sophistiqués.

Journaliste et animatrice de formation, mon métier est ma passion. Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur absolu est les animaux.

Publicité

Les indémodables

Le mari marocain idéal en 10 points

25 types de personnes que tu rencontres à la plage

12 signes que tu dépenses beaucoup trop d’argent

4 étapes diplomatiques par lesquelles le Maroc est passé pour réintégrer l'UA

Les célébrations de l'indépendance dans le monde

Ramadan 2018 : 12 endroits où prendre son ftour à moins de 200 dhs à Fès

8 types de personnes qu'on rencontre quand on se rend à une 'mou9ata3a'

22 raisons pour lesquelles on déteste l'été

23 types de filles marocaines qu'on a tous/toutes été amené(e)s à connaître un jour

12 des phrases cultes des professeurs au lycée