Le cri d’alerte des jeunes pilotes au Maroc

Par le 28 février 2022 à 12:53

Pilote un métier de rêve, aujourd’hui en crise.

Publicité

En mettant le monde sur pause, la pandémie du covid-19, a placé au chômage de nombreux pilotes, certains ont même pris la décision de se reconvertir …
C’est le cas au Maroc, où 105 jeunes pilotes stagiaires formés par la RAM sont sans salaire, sans couverture médicale, sans aucune vision vers le futur, et ce depuis bientôt deux ans.
En effet, il faut rappeler que les conditions d’intégrer la « Royale Air Maroc », sont bien précises, il y a une contribution assez couteuse de la part des jeunes pilotes, soit 1,3 millions de DH par élève, une somme astronomique qui allait faire l’objet d’un prélèvement mensuel sur le salaire de chaque jeune pilote après la formation sur une période de 10 ans, ainsi, avec la crise sanitaire, les jeunes pilotes stagiaires se retrouvent endettés, certains sont même dans une situation précaire, souffrant en silence… forcés de se détourner de ce métier de vocation.
Un hashtag sur les réseaux sociaux a été lancé #HARAM_YA_LARAM afin de faire entendre le cri d’alerte de nos jeunes pilotes.

Publicité

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

J'imagine mon Maroc : Et si on avait colonisé la France ?

6 endroits insolites où tu peux séjourner au Maroc

On a tous cet ami '9ewass' qu’on redoute plus que jamais et qu’on évite à tout prix

14 choses que faisaient les étudiants marocains après le versement des bourses

Voici ce qui prouve que tu es entrain de vieillir !

Voici comment détecter un client relou, plein de machakils, au restaurant

20 phrases que tu te dis quand tu fais le ménage

Quiz : Fais du shopping et on résumera ta vie en une chanson marocaine culte

Ces 10 moments où tu aimerais bien être invisible

Vidéo : Nora, cette marocaine devenue mannequin après avoir été victime de harcèlement moral dès son jeune âge