fbpx

Le « mariage temporaire » au Maroc refait surface sur la toile

Par le 28 février 2019 à 13:36

Le mariage temporaire vient d’être abordé par Leila Ghandi sur les réseaux sociaux, après avoir fait beaucoup de victimes marocaines. La journaliste marocaine a donc décidé de parler de cette pratique très répandue dans le monde arabe mais qui serait également présente au Maroc depuis des années…

Publicité

Afin de changer les mentalités, Leila Ghandi a publié une nouvelle vidéo sur sa page Facebook dans laquelle elle parle du « mariage de jouissance » ou « mariage de plaisir » qui ne dure qu’une « courte durée » et rend « halal » les relations sexuelles « que certains hommes veulent s’offrir avant de disparaître des radars et de ne plus donner signe de vie », comme nous pouvons lire en légende sur la vidéo de Ghandi.

Publicité

Le mariage temporaire se serait développé depuis des années dans les milieux ruraux, et se pratiquerait avec l’accord des parents, sans oublier qu’il serait également présent dans les grandes villes au Maroc, entre les étudiants afin de ne pas commettre de « péchés ». Toutefois, son débat s’est entassé, selon lesecos, depuis 2012.

« Elle s’appelle Imane. Elle a préféré rester anonyme. Elles s’appellent aussi Amal, Sofia, Aïcha. Comme beaucoup d’autres jolies jeunes femmes, elle a été victime d’un mariage « de plaisir », mariage de « jouissance », mariage « temporaire », ces mariages qui durent une nuit, une semaine ou le temps des vacances d’été et qui rendent « halal » ces relations sexuelles que certains hommes veulent s’offrir, avant de disparaître du radar et de ne plus donner signe de vie. Dans une société où les relations hors mariages sont un péché, ils se servent de la religion et des mariages religieux express pour s’amuser et profiter des filles. » pouvait-on lire sur la publication.

Leila a également ajouté: « Ces femmes se sont mariées et ont vécu leur mariage comme le plus beau jour de leur vie, elles ont perdu leur virginité pour celui avec qui elles pensaient qu’elles passeraient le reste de leur vie. Elles se retrouvent sans mari, dépucelées dans une famille et une société toute entière qui méprise, stigmatise, exclut et pointe du doigt les femmes seules qui ne sont pas vierges. Les mentalités doivent changer. La culpabilité et la honte doivent changer de camp. Non? »

 

A travers ces mots ainsi que cette vidéo, qui lève le voile sur cette forme d’union, Leila apporte son soutien aux femmes humiliées par ce mariage, qui ne leur rapporte que la » honte » et dénonce la stigmatisation et le mépris de la société.

Rapidement devenue virale, la vidéo a suscité une avalanche de commentaires… Alors que certains soutiennent les victimes marocaines, d’autres leur reprochent d’avoir participé à cette pratique en étant consentantes…

En tout cas, le débat vient d’être ouvert encors une fois. 

Journaliste et animatrice de formation, mon métier est ma passion. Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur absolu est les animaux.

Publicité

Les indémodables

Quiz : À quel point es-tu R'bati ?

9 patients que tu croises la nuit aux urgences quand tu es de garde

10 meilleures réponses à la question : 'Pourquoi es-tu toujours célibataire ?'

13 mots que seuls les vrais chamalis peuvent comprendre - 2e partie

21 choses qu'on vit avec un déménagement

Le "10 years challenge" fait fureur au Maroc

13 phrases que tu commences à dire quand tu as un travail

5 livres marocains à lire en urgence, on vous dira par lequel commencer

10 phrases que les Marocains en ont marre d'entendre à l'étranger

Classement des 10 plus vieux musées au Maroc