Les « chouawafates » en crise à cause de la pandémie

Par le 14 février 2022 à 16:10

Avec la crise sanitaire, les « chouwafates » ont perdu une grande partie de leur clientèle et pratiquement tous leurs revenus. Leur métier est en « danger ». Rapporte Le360.

Publicité

En effet, voilà un secteur qui a beaucoup souffert à cause de la crise sanitaire. Le coronavirus a presque fait disparaître les « chouwafates ».
La plupart ont dû mettre la clé sous la porte. Le reste succombe à la crise financière. Leurs détracteurs ont profité de l’occasion pour les chasser de leur quartier. ces derniers ont d’ailleurs tout fait pour les chasser de leur quartier, mais en vain.
Ils ont beau déposer des plaintes auprès des autorités et monter les habitants contre elles, sans résultat. Et voilà qu’en deux ans, la pandémie leur a porté un coup fatal.
Elles vivent aujourd’hui une crise financière incomparable. Alors qu’avant la crise sanitaire, elles pouvaient percevoir facilement jusqu’à 10.000 dirhams de recettes par jour, aujourd’hui, leurs revenus quotidiens ne dépassent guère les 700 dirhams.
La moitié de cette somme est reversée aux jeunes du quartier qui assurent leur protection.
Pour pouvoir exercer avec un minimum de paix et de tranquillité, il faut bien une protection permanente. S’installer dans un quartier populaire, louer une maison ou tout simplement une chambre et exercer publiquement leur métier les expose aux représailles des islamistes.
Des jeunes, la vingtaine entamée affirment qu’ils offrent, en effet, leur service de protection aussi bien aux « chouwafates » installées dans leur quartier que pour leurs clientes qui sont le plus souvent victimes de harcèlement sexuel. Ils se font payer tantôt en nature, en drogue et psychotrope, tantôt en cash, environ 600 dirhams par jour. Ils se chargent également de faire taire les harceleurs de ces dernières.
Ce sont ces mêmes « chouwafates » qui ont pâti le plus de la fermeture de l’espace aérien marocain en raison de la pandémie. Et pour cause, leurs clientes les plus généreuses, les plus assidues et les moins exigeantes se recrutent parmi les MRE, principalement celles qui sont installées dans les pays du Golfe. Ce sont de loin les plus demandeuses en amulettes et autres gris-gris.
Parmi les autres clientes, non moins généreuses d’ailleurs, et qui ont aussi disparu lors de cette crise, les barmaids. Ces dernières, explique qu’elles avaient besoin des talismans des « chouwafates » non pas pour conquérir le cœur des hommes, mais plutôt la poche des clients des bars et autres établissements de nuit dans lesquels elles travaillent.

Publicité

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Tout sur Squid Game : l'actrice qui passe de 400K à 17 M d'abonnés

11 faits que vous ignoriez sur Roland Garros

5 choses que tu peux acheter au prix d'un paquet de cigarettes !

3niba ou gentleman ? Le test qui nous montrera de quel côté tu es

Les 10 maisons les plus luxueuses en Chine

Dans ta bande d'amies, quel type de shoppeuse marocaine es-tu ?

7 destinations à petit prix pour une fin d'année magique !

Dizzy Dros : Nota, Merendina et AFRIMA

Quand personne ne te choisit, choisis toi

Mode d’emploi : Comment énerver un Oujdi ?