fbpx

Nous avons une idée sur les chiffres complets du boycott et voilà comment les interpréter

Par le 25 mai 2018 à 12:30

Nos confrères de l’Economiste, en partenariat avec le groupe Sunergia, ont réalisé une enquête sur l’approche du boycott par la société marocaine. En ligne de mire, Afriquia, Centrale-Danone et Sidi Ali. Il en est sorti que 42% de la population marocaine respectaient le boycott, notamment les femmes, les jeunes et les personnes appartenant à la classe moyenne. Cela tombe sous le sens quand on constate que ces catégories sociales sont les plus touchées par la cherté de la vie.

Publicité

rfi.fr

Selon les résultats d’une étude réalisée par le groupe Sunergia, à la demande de Leconomiste, 74% des marocains ont pris connaissance du mouvement du boycott. Parmi eux, 57% y ont adhéré et l’appliquent. En extrapolant sur l’ensemble de la population marocaine, cela nous donne un taux de 42% de taux d’engagement.

Les personnes les mieux informées sont les jeunes de 15-24 ans. Effectivement, près de 93% d’entre eux sont au courant de l’existence de ce boycott. Ils sont aussi ceux qui y adhèrent le plus, avec un taux de 69%. Cela semble logique au vu de la viralité de ce phénomène sur les réseaux sociaux et les médias marocains.

Publicité

Dans une approche par revenus, la classe moyenne est celle qui est la plus engagée. Nettement plus que les pauvres et la classe aisée, avec des taux respectifs de 67%, 39% et 43%. Autre statistique intéressante, les femmes sont vraisemblablement plus attachées à la réussite de ce boycott que les hommes (61% contre 53%).

Interrogés sur leurs motivations, 35% mettent en avant la cherté de la vie, 17% l’augmentation des prix et 31% affirment ne le faire que par solidarité.

Plus globalement, L’enquête a été réalisée par téléphone auprès de 3.757 Marocains. La marge d’erreur est de plus ou moins 3%. Sur les statistiques observées et le nombre de personnes engagées, Leconomiste estime que « On peut dire que c’est beaucoup, mais on est loin de l’idée qu’on a pu s’en faire dans les commentaires sur les réseaux sociaux, qui donnaient à penser que l’immense majorité des gens participaient à la mise à l’index. »

Je suis passionné de nutrition et de gastronomie marocaine. Mon combat est de faire reconnaître que les deux sont complémentaires. Je suis également passionné de voyage et de découvertes, mais on dit que la plus belle chose à offrir au monde c'est soi. Alors j'aime les traditions et voue un culte déraisonné pour celles de notre pays.

Publicité

Les indémodables

Voici les 10 lacs les plus colorés au monde

13 fois où Fast and Furious nous a marqués depuis l'enfance

Il est un parfait 'Kdidib', voici comment le détecter...

Les 5 plus grands mythes de la technologie

20 proverbes populaires typiquement marocains

Legzira parmi les 40 belles plages au monde

12 mots en Darija qui devraient être intégrés au dictionnaire

7 choses qu'on fait tous chez nos grands-parents

10 choses qui prouvent que tu as un "dirty mind"

12 choses que les accros à la musculation devraient arrêter de faire