Procès « Momo » Bousfiha : Le ministère public l’accuse d’être le cerveau du faux braquage diffusé sur Hit Radio

Par le 4 juillet 2024 à 9:10 - 11 réactions

Procès "Momo" Bousfiha : Le ministère public l'accuse d'être le cerveau du faux braquage diffusé sur Hit Radio

Publicité

Le procès de « Momo » Bousfiha, l’animateur vedette de Hit Radio, fait trembler le monde médiatique. Accusé de complicité dans la fabrication d’un faux braquage diffusé en direct, le verdict de ce procès est attendu avec impatience. Cette affaire, devenue virale, questionne la responsabilité des médias et des figures publiques dans la diffusion de fausses informations.

Les accusations

Dans sa plaidoirie, le procureur a affirmé que « Momo » était le cerveau derrière cette mise en scène. Le faux braquage, loin d’être une simple farce, a été méticuleusement planifié avec la complicité d’autres individus. Le procureur a insisté sur la gravité de cet acte. Ce dernier a non seulement trompé les auditeurs mais aussi bafoué les institutions de sécurité en simulant une plainte fictive. Ce coup de théâtre médiatique a choqué de nombreux auditeurs. Ceci a semé le doute sur la crédibilité de l’émission et de son animateur.

Publicité

Réactions et conséquences

La défense de la partie civile, Hit Radio, a révélé que cette farce a causé une perte financière de près de 4 millions de dirhams. La station aurait perdu plusieurs contrats publicitaires suite à cet incident, impactant lourdement la station. En réponse, l’avocat de « Momo » a demandé au tribunal de rejeter la demande de dommages et intérêts. Son argument est que les éléments constitutifs du crime étaient, tout simplement, absents.

Défense de ‘Momo’

Mohamed Lakhdar, avocat de « Momo », a soutenu que son client n’avait jamais eu l’intention de nuire ou d’insulter les officiers de police. Selon lui, l’absence d’intention criminelle devrait mener à l’acquittement de son client. Il a demandé au tribunal de déclarer « Momo » innocent et d’appliquer la loi à la lettre.

Verdict attendu

La Cour d’appel de Casablanca a décidé de reporter le procès de Mohamed Bousfiha, dit « Momo », et de ses co-accusés jusqu’au 10 de ce mois, afin de continuer à écouter la défense des accusés.

Cette affaire a suscité un débat intense sur le rôle des médias dans la société et la responsabilité des figures publiques dans la diffusion de fausses informations. Quelles seront les conséquences pour « Momo » et les autres accusés ? Le tribunal rendra bientôt son verdict.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

12 covers incontournables de musiques clubbing

Mode d'emploi : Comment énerver un Slaoui ?

Les filles de caractère ne sont pas coincées, mais vraiment à envier, la preuve...

Quelle est la recette du succès de Don Bocadillo et va-t-il s’implanter dans d’autres villes ?

6 choses à savoir avant de dire 'je t'aime'

Les 10 endroits où prendre son ftour à Casablanca

15 personnes typiques qu'on rencontre lors des vacances en famille

Top 10 des paroles les plus tordues de la chanson marocaine

Plongez dans la série Bab El Bahr, un bon thriller marocain à découvrir ce Ramadan

Voici la liste des documents que n’exige plus la CNSS, et ceux qui ont été remplacés