fbpx

Qui est Ali Drissi, le designer qui habille Nabil Ayouch et son casting?

Par

Qui se cache derrière les tenues stylées du casting de « Haut et Fort » de Nabil Ayouch depuis Cannes jusqu’à Casablanca. Il s’agit du designer natif de Casablanca : Ali Drissi. 

Publicité

« Haut et Fort » , c’est avant tout un film, un projet de vie, un beau casting mais aussi de beaux costumes, qui ne sont pas passés inaperçus en avant-première à Cannes et à Casablanca. Celui qui est derrière tout cela se prénomme Ali Drissi, sur la place depuis quelques années maintenant.

Des RH à la mode

Publicité

Ali Drissi a toujours rêvé de devenir styliste. La mode est dans ses gènes depuis toujours. Depuis petit, il aime habiller, penser vêtement. A l’Ecole National de Commerce et de Gestion, alors qu’il n’est encore qu’étudiant, il monte un défilé à lui tout seul. Après des années en tant que DRH, il décide , en 2013, de se lancer dans l’aventure de la mode.La même année, il est sélectionné en tant que Lauréat du Mediterranean Fashion Prize.

L’image, son capital

En 2018, Il rallie sa passion pour le design de mode et son expérience corporative et crée un bureau de tendances et de style. Il accompagne depuis des marques dans l’analyse des tendances saisonnières, et le design de leurs collections. Il conçoit aussi des vêtements d’image pour différents secteurs d’activités : Le ferroviaire, l’hôtellerie, la restauration, l’automobile, etc. Fort de ses expériences riches en enseignements, en voyages et en rencontres, Ali Drissi ajoute une corde à son arc et accompagne aujourd’hui des individus pour valoriser leur « capital image » en tenant compte de leur personnalité et leur environnement.

Le style « haut et fort »

Pour le tapis rouge de Cannes, Nabil Ayouch a opté pour lui. Le designer a donc plongé dans les codes du Hip Hop avec des pièces du vestiaire streetwear comme le bombers, la veste oversized ou le pantalon cargo se mêler avec des pièces « tailored », chères à l’univers stylistique du designer . Il se donne alors pour défi de confectionner les tenues des 12 artistes : une centaine de mètres de tissus (des taffetas, différents denim, georgette de soie, chantant de soie, toile cirée, du cuir d’agneau), plus de 500 heures de travail qui ont nécessité le concours de couturiers et couturières dirigés par une première d’atelier.

Son dada ? L’upcycling

Qu’est-ce que c’est ? Utiliser et réutiliser pour ne pas gaspiller justement. Le designer a utilisé une centaine de paires de jeans avec quoi ont été montés les tressages qui font les manches de certaines vestes, les dos de bustiers ou bien encore les franges qui finissent d’autres pièces.Ali Drissi développe Tanya, comprendre « تانية », une technique permettant de créer des surfaces tissées à partir de vêtements usés, de chutes de tissu et de stock de tissus obsolètes. Son ADN est résolument social et solidaire et inspire son propre modèle de développement, son processus de création et son mode de fonctionnement opérationnel. Son intention : proposer un vêtement tendance, éco responsable mettant en avant le talent des tisseuses marocaines dans les régions les plus reculées. Une démarche fortement appréciée par Nabil Ayouch, un réalisateur résolument engagé socialement.

Après Cannes, Casa…

Dans la continuité de la collection faite pour Cannes, ces nouvelles créations reprennent les codes de Tanya, la marque naissante des Ateliers Ali Drissi, écologique, citoyenne et solidaire.On retrouve pour Nabil Ayouch, une veste saharienne en toile de coton organique sur un pantalon droit accordé dans la matière et un t-shirt de soie végétale. Pour Maryam Touzani, sur un pantalon en toile de coton organique on trouve un top asymétrique en crêpe de soie végétale maintenu par un harnais tissé des chutes restant du top cité précédemment. Pour le détail nous avons ajouté des zips argentés, apportant une touche rock supplémentaire.

En ce qui concerne le producteur du film, Amine Benjelloun, il s’agit d’une veste inspirée du modèle perfecto, en coton organique avec incrustation de tissage Tanya (à partir de denim cirés) sur le haut des manches.

Les techniques de graff ont été confié à une galerie nouvelle venue dans l’espace artistique Casablancais : DarkSide Gallery, spécialisée dans l’art contemporain Urbain et qui représente le haut du panier des artistes urbains aussi bien marocains qu’étrangers. A son actif, 20 ans d’expérience dans l’Art Urbain, et une passion pour l’art sans limite, DarkSide concentre l’attention sur la nouvelle génération de talents issue du Street Art et de l’art digital.

Darkside Gallery a ajouté sa touche urbaine à nos créations, trois pièces imaginées pour Nabil Ayouche, Mariam Touzani et Amine Benjelloun mixant l’énergie créatrice de l’art urbain et la vision engagée de Tania pour faire écho à l’univers du Film Haut et Fort de Nabil Ayouch, sa fougue créatrice, son humanité et son engagement social.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

8 bonnes raisons de sortir avec un médecin

Quiz : Et si nous arrivions à deviner la pizza que tu préfères ?

Les 7 plus beaux palais du Roi Mohammed VI en images

17 endroits marocains qui représentent le paradis des instagrammers

8 choses qui caractérisent nos grands-parents marocains

8 signes qui font de lui un '3niba'

Si tu as plus de 7/10 à ce test, c'est que tu connais très bien l'équipe nationale marocaine

Quelle est la recette du succès de Don Bocadillo et va-t-il s’implanter dans d’autres villes ?

Connaissez-vous ces 4 bières locales 100% marocaines ?

Ne dis pas que tu es graphiste si tu n'as pas déjà entendu une de ces phrases