Selon une étude, le cannabis pourrait être un remède contre le Covid-19

Par le 16 janvier 2022 à 16:55

Selon une étude universitaire américaine récente, le cannabis pourrait être un outil de protection inattendu contre le Covid-19. Rapporte Cnews.

Publicité

Le 10 janvier dernier, des scientifiques de deux universités de l’Oregon ont en effet indiqué dans une publication que le cannabis, habituellement connu pour son usage en tant que drogue, contiendrait des acides possiblement efficaces contre le coronavirus.

Cette étude intervient dans un contexte de campagne de vaccination mondiale et de recherche de traitement contre les formes les plus graves de l’infection.

Publicité

Concrètement, le cannabis est composé de deux acides qui pourraient faire en sorte que le virus ne pénètre pas dans les cellules saines. Ce sont l’acide cannabigérolique, connu sous le nom de CBG-A et l’acide cannabidiolique, connu sous le nom de CBD-A.

Dans cette étude, plusieurs autres plantes avaient également été étudiées pour savoir si leurs éléments chimiques étaient capables de neutraliser le coronavirus. Pour contrer le SARS-CoV-2, il faut que ces éléments puissent se lier à la « protéine de pointe », une structure microscopique dépassant du corps du virus, comportant des récepteurs chimiques. Si ces récepteurs se retrouvent liés à l’élément chimique inoffensif issus d’une plante, alors le virus est en théorie neutralisé.

Dans leurs recherches, les universitaires ont étudié le trèfle rouge, le houblon, la réglisse, mais aucune plante n’a égalé l’efficacité du chanvre, une des plantes du cannabis. Les acides cannabidioliques sont ainsi les plus efficaces pour neutraliser le coronavirus.

Si les deux acides CBG-A et CBD-A sont présents naturellement dans le chanvre, il n’est pas pour autant question de lutter contre le coronavirus en fumant des joints de cannabis. Ces acides ne sont pas « des substances contrôlées comme le THC, l’ingrédient psychoactif de la marijuana, et elles ont un bon profil de sécurité chez l’être humain », a expliqué Richard van Breemen, l’auteur principal de l’étude.

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

10 types de personnes qu'on rencontre tous le jour de Aid El Adha

6 meilleures destinations marocaines sous la neige

12 choses que les accros à la musculation devraient arrêter de faire

C'est quoi le Sound Healing, la thérapie par le son ?

11 choses qui font la particularité de toutes les mamans marocaines 

7 signes qui prouvent que ta voiture est mieux que d'avoir un(e) copain/copine

6 choses à faire à Casablanca un dimanche

12 situations où tu te sens adulte, un peu avant l’heure

12 types de mecs qu'on a toutes déjà rencontrés sur Tinder

14 petits mots d'amour à travers le monde