fbpx

Des fumeurs de Cannabis recrutés par le CHU de Nancy

Par le 21 février 2014 à 23:37

Pour mener a bien une étude intitulé « Evaluation du traitement magnocellulaire chez les fumeurs chroniques de cannabis », le CHU de Nancy a fait appel à 180 consommateurs de cannabis pour une étude clinique de 1 an. Réalisée par les chercheurs de la maison d’addiction de l’hôpital, son objectif  est d’observer l’impact provoqué par le cannabis sur le cerveau humain.

Publicité

«Nous savons que la consommation fréquente de cannabis provoque des troubles cognitifs, une baisse du quotient intellectuel, une altération de la mémoire, de l’attention… Mais ces études ne nous disent pas comment cela marche. Elles ne nous disent pas ce qui se passe dans le cerveau», souligne le docteur Laprévote.

Plus de 300 demande ont été faite pour ce projet. Les personnes recrutées seront réparties en trois groupes. Un premier groupe de fumeurs de Cannabis, un second de fumeurs de cigarettes, et un dernier groupe de non-fumeurs.

Publicité

Cependant le CHU de Nancy affirme qu’il ne fourniront aucunement du Cannabis aux fumeurs retenus pour l’étude. Mieux encore, les chercheurs proposent aux personnes recrutées, en plus des informations très larges sur leur addiction, un soutien et un accompagnement pour mettre fin à leur dépendance au Cannabis.

Étudiante en gestion ayant un goût pour les chiffres. Avide de découvertes musicales et littéraires. Une jeune maladroite qui vit de livres et de poésie. Grande rêveuse et petite amoureuse de chocolat.

Publicité

Les indémodables

Quiz : Quel personnage de Marock es-tu ?

7 aliments qui vous rendront heureux

10 Marocains qui ont fait la fierté de leur pays en 2019 !

11 types de copines que nous avons toutes

Ce que tu vis quand tu n'as pas Internet chez toi

Quiz : Quel plat marocain de Aid Al Adha es-tu ?

À la découverte de Hamza Kadri, cet acteur marocain qui a percé à Hollywood

6 profils marocains très suivis sur Instagram pour aucune raison, la suite

19 trucs à faire quand tu te sens seul(e)

De grosses voitures escroquées se font revendre au Maroc quatre fois moins cher