Un pâtissier marocain refuse de vendre les gâteaux du nouvel an et provoque la polémique

Par le 25 décembre 2018 à 18:14 - 649 réactions

Voici une image qui a bien provoqué la polémique. Le propriétaire d’une pâtisserie située à Azrou a fait part d’une annonce extravagante… Sur la vitrine de son local il a annoncé qu’il ne préparait pas de gâteaux du nouvel an !

Publicité

La raison ? Il ne célèbre pas les fêtes chrétiennes. D’ailleurs le propriétaire de la pâtisserie le dit « fièrement » sur sa page Facebook.

Une polémique provoquée…

Entre les internautes qui partagent l’avis du pâtissier et ceux qui s’indigent contre cet acte invraisemblable, la publication a massivement été relayée sur les réseaux sociaux… D’ailleurs, il aura fallu quelques minutes pour que les commentaires se déchaînent. Le propriétaire du local a donc, tenu à s’expliquer en soulignant « qu’il y avait une différence entre côtoyer les chrétiens et juifs et célébrer leurs fêtes » en ajoutant que « le réveillon serait une célébration de la naissance de Dieu pour les chrétiens et les juifs et que toute personne célébrant cette fête fait partie d’eux. » Il n’a également pas manqué de réagir aux commentaires des internautes indignés en annonçant qu’il allait porter plainte contre eux.

Publicité




Journaliste et animatrice. Mon métier est ma passion... Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur ? Les animaux.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

12 sentiments qui nous traversent lorsqu'on cherche une place de parking

17 problèmes que seules les filles aux cheveux bouclés connaissent

On a testé pour vous : Le restaurant le Bleu du Four Seasons à Casablanca

Quiz : Quel type de conducteur es-tu ?

Si tu as regardé 21 de ces 26 dessins animés, tu as grandi au Maroc entre 1990 et 2015

'Tu préfères ?' : 10 dilemmes qui vous feront réfléchir

Annato, le film sur l'acceptation de l'autre de Fatima Ali Boubakdy

5 bonnes raisons d'être une personne bordélique

10 choses qui font que ta voiture est (un peu) comme ton amour

8 habitudes typiquement ramadanesques