fbpx

Voici le combat d’un avocat emprisonné dans le passé pour avoir écrit son nom en Tifinagh

Par le 25 septembre 2020 à 14:16

Un selfie qui circule depuis quelques jours sur la Toile; Celui de Hassan Idbelkacem, un avocat au barreau de Rabat qui, dans le passé, avait été emprisonné pour avoir écrit son nom en Tifinagh sur la porte de son bureau. Aujourd’hui, l’homme pose, le sourire aux lèvres, devant une pancarte du tribunal administratif… écrite en Tifinagh. Un sourire de victoire.

Publicité

Me Idbelkacem menait une vie ordinaire, jusqu’au jour où il décide d’accrocher une plaque sur la porte de son bureau avec son nom en Tifinagh. À cette époque, la revendication identitaire berbère – ou amazighe – au Maroc n’était pas tolérée. L’homme a donc été emprisonné. Il raconte que durant les visites de sa mère, on leur interdisait de parler « amazighe » au parloir.

Publicité

Depuis la Constitution de 2011, L’amazighe est une langue officielle au Maroc. Son écriture est en néo-tifinagh. Pour Hassan Idbelkacem, le combat est gagné.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

7 premières envies que les marocains ont quand ils reçoivent leur premier salaire !

10 preuves que tu n'es pas né carnivore

10 marques de créateurs marocains qui valent le détour

12 fois où les traducteurs de séries ont sérieusement déconné

8 choses qui n'arrivent qu'aux gens avec le teint blanc

9 femmes marocaines à qui on aimerait dire 'nti m3elma'

Tu sais que tu aimes la danse orientale quand...

23 infinity pools au Maroc pour vous rafraîchir à l'infini cet été

Les 10 aliments à consommer pour garder la forme

12 choses que vous ignoriez sur les bananes