fbpx

Voici le combat d’un avocat emprisonné dans le passé pour avoir écrit son nom en Tifinagh

Par le 25 septembre 2020 à 14:16

Un selfie qui circule depuis quelques jours sur la Toile; Celui de Hassan Idbelkacem, un avocat au barreau de Rabat qui, dans le passé, avait été emprisonné pour avoir écrit son nom en Tifinagh sur la porte de son bureau. Aujourd’hui, l’homme pose, le sourire aux lèvres, devant une pancarte du tribunal administratif… écrite en Tifinagh. Un sourire de victoire.

Publicité

Me Idbelkacem menait une vie ordinaire, jusqu’au jour où il décide d’accrocher une plaque sur la porte de son bureau avec son nom en Tifinagh. À cette époque, la revendication identitaire berbère – ou amazighe – au Maroc n’était pas tolérée. L’homme a donc été emprisonné. Il raconte que durant les visites de sa mère, on leur interdisait de parler « amazighe » au parloir.

Publicité

Depuis la Constitution de 2011, L’amazighe est une langue officielle au Maroc. Son écriture est en néo-tifinagh. Pour Hassan Idbelkacem, le combat est gagné.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

9 raisons d'adorer les trains marocains

6 choses que vous ne savez pas sur Mohamed El Youbi

Qui est Mouna R’Miki, l'actrice principale de "Jrada Malha"?

20 endroits paradisiaques à visiter au Maroc en 2020

Voici la preuve que ton autre moitié est un/e psychopathe en cavale !

Les tatouages berbères : une arme de séduction !

11 stéréotypes sur les étudiants en journalisme

20 'Double standards' homme-femme au Maroc

Quiz : Quel type de shopper es-tu ?

10 plages somptueuses à visiter au Maroc en 2020