Voici le combat d’un avocat emprisonné dans le passé pour avoir écrit son nom en Tifinagh

Par le 25 septembre 2020 à 14:16

Un selfie qui circule depuis quelques jours sur la Toile; Celui de Hassan Idbelkacem, un avocat au barreau de Rabat qui, dans le passé, avait été emprisonné pour avoir écrit son nom en Tifinagh sur la porte de son bureau. Aujourd’hui, l’homme pose, le sourire aux lèvres, devant une pancarte du tribunal administratif… écrite en Tifinagh. Un sourire de victoire.

Publicité

Me Idbelkacem menait une vie ordinaire, jusqu’au jour où il décide d’accrocher une plaque sur la porte de son bureau avec son nom en Tifinagh. À cette époque, la revendication identitaire berbère – ou amazighe – au Maroc n’était pas tolérée. L’homme a donc été emprisonné. Il raconte que durant les visites de sa mère, on leur interdisait de parler « amazighe » au parloir.

Publicité

Depuis la Constitution de 2011, L’amazighe est une langue officielle au Maroc. Son écriture est en néo-tifinagh. Pour Hassan Idbelkacem, le combat est gagné.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

6 choses qui te sont arrivées lorsque tu as décidé de devenir 'Vegan'

Tout sur "The Tribe", le concept store bien être de Kenza Barrada

Tu sais que tu es prêt(e) à déclarer la guerre aux moustiques quand...

10 choses que tu n'as pas envie de faire cet été

5 activités qu'un Casablancais peut faire avant le ftour durant ce Ramadan 2021

8 choses que les gens qui ne partent pas en soirée ignorent

12 choses que seules les personnes qui ont toujours froid comprendront

18 bonnes raisons de commander une pizza, là, tout de suite

20 galères que toute personne qui fait la navette connaît

6 séries turques dont les marocaines sont accros