fbpx

Voici l’histoire de Chadi, ce jeune marocain plutôt queer qu’homosexuel…

Par

L’homosexualité est toujours un sujet tabou dans notre société ainsi que plusieurs autres à travers le monde, toutefois, de plus en plus de personne le brisent et en parle à voix haute… Qu’en est-il d’une personne « queer » ? Oui, c’est bel et bien un mot différent de ce que l’on a l’habitude d’entendre ou de lire, mais selon Chadi, le jeune marocain qui a décidé de nous faire des révélations à ce sujet, « Queer » n’a pas de définition, et se qualifie comme une vraie liberté individuelle.

Publicité

https://www.instagram.com/p/BiLPbfpH7bF/

Âgé de 21 ans, Chadi, maquilleur blogueur, est plutôt queer qu’homosexuel. Il partage sa vision sur le rejet social et les entraves violentes aux libertés individuelles.

Publicité

« Queer n’a pas de définition précise. Tu peux être un homme, tout comme tu peux être une femme… Il n’y a pas de règles, tu peux être ce que tu veux quand tu veux ! » – Chadi

Selon le jeune homme, qui se retrouve dans une société, qui selon lui, lui interdit de vivre pleinement sa vie, la différence entre un homosexuel et une personne queer, n’est autre qu’une étiquette et un stéréotype qui colle à la peau de chacun.

« En étant queer, tu ne te mets pas dans la même bulle qu’un autre. Tu n’as pas besoin d’être défini en tant qu’homosexuel ou lesbienne, c’est TOI même, tu fais ce que tu veux, tu peux sortir avec qui tu veux, et être avec qui tu veux, tu es libre d’être toi même. »

https://www.instagram.com/p/Bs_ye_fHF2u/

Le jeune homme, qui ne cesse de faire sensation sur la toile avec ses looks complètement déjantés, raconte son expérience lors de la dernière édition d’un festival à Casablanca, durant laquelle il a tenu à porter des habits « réservés aux filles », ce qui a attiré l’attention et les regards des gens l’ayant croisé.

« J’avais l’impression que les gens allaient m’attaquer, sans me comprendre, car tout simplement, je n’étais pas normal à leur égard , et que je touchais à la virilité des hommes. » a-t-il déclaré tout en ajoutant: « Je n’ai pas grandi avec l’idée qu’un homme ne peut pas être une femme parce que son corps ne lui permet pas cela et vis-versa. »

View this post on Instagram

Pariziana f istanbul. Shot by : @lamyasser_anass.

A post shared by Shady Fathi (@vanitydusk) on

Le jeune homme n’a pas manqué de parler du rejet social et les entraves violentes aux libertés individuelles.

« Je peux me défendre si on m’attaque, mais est-ce qu’une autre personne de ma communauté pourra se défendre ? Les regards et dires des gens te rendent anxieux. Tu commences à avoir peur au point de ne plus sortir de chez toi, au point de vouloir se suicider, pour l’unique raison que tu ne peux être accepté dans ta société. »a-t-il annoncé en ajoutant: « J’aimerai vivre dans un Maroc, où les gens se respectent, sans guerre, là où les gens acceptent les autres, les opinions et différences, mais pas qui vous détestent. Partagez plus d’amour, ça vous aidera… »

Journaliste et animatrice. Mon métier est ma passion... Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur ? Les animaux.

Publicité

Les indémodables

12 mots en Darija qui devraient être intégrés au dictionnaire

12 preuves que le français est une langue complexe

Mon beau Maroc : Ouarzazate, le désert hollywoodien

10 réalités que toute personne qui a déjà vécu à l'étranger connaît

12 choses que tu fais pour trouver LE bon film

Voici comment te comporter si tu sais que tes amis comptent t'organiser un anniversaire surprise

Ce que tu vis quand tu n'as pas Internet chez toi

Une première : Universal Music Group débarque au Maroc

10 signes qui prouvent que le Marocain et la violence font deux

13 conseils pour bien se laver les cheveux