« 3 jours sans nourriture » : Une marocaine bloquée en Philippine raconte son calvaire

Par le 1 mai 2020 à 13:57

Face à la menace du fléau actuel, le Maroc a dû fermé provisoirement ses frontières y compris à ses nationaux. Cependant des milliers de ressortissants marocains se sont trouvés bloqués dans différents pays. Certains parmi eux, sont en situation de détresse. Tel est le cas de Chaimae, une marocaine âgée d’une vingtaine d’années, actuellement bloquée en Philippines à Manille, dans une situation déplorable.

Publicité

Suite à un séjour touristique qui s’est mal fini, la jeune fille et sa cousine se sont retrouvées coincées sans resources financières.

Publicité

D’après les informations publiées par Yabiladi, la fille en question souffre d’un kyste ovarien saignant et a besoin d’une prise en charge médicale urgente, ce qui n’est pas permis dans une telle situation, d’autant plus qu’elle a été privée de nourriture pendant 3 jours selon ses déclarations.

« Je suis incapable de vivre à Manille, les conditions sont déplorables » annonce Chaimae qui a également été victime d’escroquerie, en ajoutant « que l’ambassade du Maroc à Manille ne répond pas malgré les nombreux appels émis. »

Entre la peur de la pandémie et les conditions de vie vulnérables, la jeune fille est face à un sort inconnu…

Passionnée de lecture, d'écriture et de cuisine internationale. Mes passions sont mes priorités dans la vie ❤️

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

17 choses que seuls 'l'wakala' connaissent 

Quiz : Crée-toi une vie de luxe et on te dit avec quel prince charmant tu finiras

Le mouvement “hors-la-loi” se mobilise pour la victime du revenge porn

8 fausses idées que tout le monde se faisait sur la vie d'adulte

Mon Beau Maroc : Essaouira, l'âme des artistes

10 choses qui dérangent la fille marocaine

6 choses que tu vis quand tu perd ton téléphone

Mesdames, voici un guide pour comprendre ce que votre mec veut dire

10 choses dont tu te rappelleras seulement si tu es né avant Internet

8 raisons qui font que le Marocain n’est pas prêt de quitter le cocon familial