fbpx

À la découverte du Marocain Taha Aziz, ce mordu de la production cinématographique

Par

Publicité

Téméraire pour son jeune âge, Taha Aziz est un étudiant ambitieux, aventurier et avec une soif pour la découverte sans mesure. Si aujourd’hui il étudie dans l’une des plus prestigieuses universités New Yorkaise, Pratt Institute, Taha a du s’investir corps et âme et se surpasser pour mériter sa place parmi les élites.

À peine son bac empoché, Taha entame les démarches nécessaires pour son admission à son université de New York et pour y arriver, son instinct de fouineur prend le dessus. Ne badinant pas avec la pellicule, Taha opte pour le thème : La cohabitation entre juifs et musulmans. Pour cela, le Maroc est le pays qui s’y prête le plus au monde confirme Taha avec cet air juvénile qu’on lui reconnaît.

Publicité

Freshman year, it was a pleasure. ✅🍃🐠💧🐬🌞

Une publication partagée par Taha Aziz (@tahaaziz10) le

De l’école américaine de Casablanca à Pratt Institute de New York, notre trilingue garde la ligne de mire et tient absolument à se propulser dans la sphère de la production cinématographique. Attention, pas n’importe comment, insiste t-il, filmer le réel dans son état naturel est un respect qu’on porte au spectateur. En effet, telle est sa philosophie.

On vous laisse découvrir son documentaire qui mérite bien une distinction.

Journaliste et Social Media Manager chez Welovebuzz.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Ces 8 personnes qui nous énervent le plus au quotidien

12 situations que vivent toutes les filles après une rupture

6 raisons d'assister au Festival Gnaoua d'Essaouira

Ces choses que seuls ceux qui n'aiment pas les gens comprendront

9 choses qu'ont déjà entendues les personnes de grande taille

25 raisons de garder sa barbe même au mois de Décembre

26 lois complètement loufoques à travers le monde

Tu sais que tu es maladroit(e) quand...

Ces marques urbaines qui reprennent les éléments de la culture Marocaine à leur sauce

Le libertinage au Maroc existe et voici les confessions de 4 libertins marocains