fbpx

Atiq Awtar, ce jeune marocain qui est resté bloqué à l’aéroport de Doha depuis 3 mois

Par le 19 juin 2020 à 19:26

L’histoire de ce jeune marocain révélée par la presse locale a provoqué l’émoi sur la toile. Atiq Awtar est un jeune marocain qui avait quitté le Maroc pour le Kenya. À cause de la crise sanitaire liée au coronavirus, il s’est malheureusement retrouvé bloqué en transit à l’aéroport de Doha pour plusieurs mois.

Publicité

Selon les informations rapportées par Bladi.net, le jeune marocain avait pris un vol depuis l’aéroport Mohammed V le 24 février. Étant ingénieur de profession, il s’était rendu au Kenya pour son travail: une mission de contrôle des travaux d’installation de machines dans une société de production de boissons gazeuses.

Publicité

Malheureusement, la date de son retour a coïncidé avec le début de l’état d’urgence au Maroc. Il sera obligé de prévoir un vol pour Istanbul le 1er avril. Manque de bol encore une fois, les autorités kényanes annoncent elles aussi la fermeture des frontières le 24 mars. Il devra s’empresser de prendre le dernier vol mais encore une fois, ce même jour coïncide avec la fermeture des frontières aériennes turques…

«Les autorités turques ont confisqué mon passeport et ceux de tous les passagers arabes… Seuls les Européens pouvaient quitter le territoire» a-t-il annoncé àBladi.net.

Après seulement une nuit à Istanbul, il sera renvoyé vers Doha, sans visa valable pour rentrer dans le territoire. Il devra passer plusieurs jours dans la zone de transit, lorsque le 13 avril, Qatar Airways lui annonce qu’il pourrait embarquer sur le vol réservé aux citoyens Qataris bloqués au Maroc. Quelques instants plus tard, la compagnie aérienne le rappelle pour lui annoncer que du côté du Maroc, cela ne pourra pas être possible.

Qatar Airways lui propose alors un vol pour le Cambodge, qui est un pays où les marocains peuvent facilement faire un visa sur place. Il contactera l’ambassade du Maroc à Doha pour lui permettre de pénétrer le sol Qatari, en vain.

Atiq Awtar est resté installé dans l’un des hôtels de l’aéroport de Doha. Heureusement, c’est son employeur, une compagnie italienne qui a couvert ses frais d’hébergement. «Mes frais d’hébergement ont dépassé les 29 000 euros. Mes supérieurs hiérarchiques ne comprennent pas la négligence de l’État marocain vis-à-vis de ses ressortissants bloqués à l’étranger…» a-t-il déclaré.

Le ramadan a été dur pour le jeune marocain, il a annoncé avoir eu du mal à s’approvisionner: «Si je pouvais sortir, je me serais moi-même pris en charge… Pendant le mois de ramadan, tous les magasins de l’aéroport étaient fermés. Je me nourrissais exclusivement d’eau et de chocolat»

Même si l’aéroport de Doha est considéré comme étant l’un des meilleurs aéroports du monde, être obligé d’y rester coincé pendant plus de 3 mois est un véritable cauchemar…

Influenceur instagram à mes heures perdues et voyageur dans l'âme, j'aide les jeunes a se dépasser physiquement. Vecteurs de créativité et d'expression, les réseaux sociaux sont ma vocation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

11 choses que seules les personnes qui detestent parler au téléphone comprendront

Voici le Top 10 des restos libanais sur Casablanca

10 photos, 1 pays, saurez-vous deviner duquel il s’agit (2) ?

Quiz : Tes habitudes sur les réseaux sociaux vont déterminer le job qui te correspond le plus

8 signes qui prouvent que tu super 'men7ouss'

Que signifient les chiffres des marques ? Maintenant, vous savez

8 signes qui prouvent que tu es 'skhi' et que ça te va bien

15 signes qui font de toi un étudiant en médecine au Maroc

Comprendre la situation en Palestine en 5 points

6 choses qui passent par la tête d'une fille marocaine à l’approche de l’été