fbpx

Découverte de vestiges d’une ancienne communauté juive dans un village de l’Atlas

Par le 29 décembre 2021 à 8:23

Une équipe de chercheurs israéliens, marocains et français ont découvert, lors d’une fouille de préservation dans une synagogue en ruine dans un village reculé de l’Atlas, des amulettes, derniers vestiges d’une communauté juive révolue. Le projet archéologique sera bientôt étendu à toute la région, sous le parrainage royal. Rapporte Ledesk.

Publicité

Les vestiges d’une communauté judéo-marocaine qui existait depuis des siècles ont récemment été retrouvés dans un village reculé des montagnes de l’Atlas marocain, à la lisière du désert du Sahara, rapporte le journal israélien Haaretz.
La petite communauté juive de Tamanart y vécut du 16ème au début du 19ème siècle. Récemment, des chercheurs d’Israël, du Maroc et de France ont mené des fouilles de préservation dans sa synagogue en ruine, explique la même source.
En plus des murs du bâtiment, ils ont trouvé des Écritures et des pages de la genizah de la synagogue, un dépôt pour les écrits et les objets rituels endommagés, ainsi que quelques amulettes en papier. L’un était destiné à protéger une femme en travail et son nouveau-né, un autre destiné à protéger son propriétaire des ennuis et des maladies.
« Les textes de ces amulettes sont basés sur des formules trouvées dans le Livre de Raziel, un ancien livre kabbaliste », explique Orit Ouaknine-Yekutieli, chercheuse sur le Maroc qui enseigne à l’Université Ben Gourion du Néguev.

Parmi d’autres textes écrits sur ces amulettes se trouvaient une version kabbaliste de l’un des noms de Dieu, ainsi que des citations du livre de la Genèse et de la bénédiction sacerdotale.
Ouaknine-Yekutieli dit que la synagogue a été endommagée par des événements naturels tels que les récentes inondations dans la région, ainsi que par des pillards. Elle a atteint le site éloigné le mois dernier dans le cadre d’une nouvelle étude de recherche historique et anthropologique, avec son mari archéologue Yuval Yekutieli et les chercheurs marocains et français Salima Naji, Mabrouk Saghir, David Goeury et Aomar Boum.
Ils ont découvert la synagogue après avoir mené une enquête préliminaire sur les sites juifs de la région. Cela comprenait des entretiens avec des habitants qui se souviennent de leurs voisins juifs partis il y a 70 ans et la collecte d’informations d’archives. Ensemble, ils ont fait le premier pas dans la préservation de la structure physique et de la culture qu’elle représentait, qui faisait partie de l’héritage judéo-musulman de cette oasis du désert.
Les textes que les chercheurs ont réussi à récupérer sur ce site ont été transférés dans un lieu sécurisé au Maroc, où ils seront étudiés et analysés dans les années à venir. Afin de connecter les lambeaux de texte en lambeaux, les chercheurs utiliseront une technologie d’intelligence artificielle telle que celle utilisée ces dernières années pour analyser d’anciens textes juifs dans les universités avec des études d’humanités numérisés. Les chercheurs recherchent désormais des Juifs ayant vécu dans la région et connaissant la synagogue et le village afin de pouvoir reconstituer leur histoire.
La synagogue de Tamanart, un village de 6 000 habitants, n’est que l’un des emplacements sur une liste de sites juifs dans une grande région du sud du Maroc, qui est au centre de leurs intérêts. La liste comprend le village adjacent d’Ifrane, qui, selon la tradition, abritait l’une des plus anciennes communautés juives d’Afrique du Nord et la plus ancienne du Maroc. Certaines traditions disent qu’après la destruction du Premier Temple, les réfugiés fuyant Jérusalem ont établi un royaume juif à Ifrane, dirigé par un roi appelé Efrati.
Le village était également connu pour un incident tragique qui s’y est produit en 1792, lorsque 50 membres de la communauté juive ont sauté dans la fournaise après que le dirigeant local leur a fait choisir entre se convertir à l’islam ou mourir par le feu. Ils ont été appelés « les immolés » depuis lors, leurs cendres sont enterrées dans l’ancien cimetière local.
D’autres communautés sur la liste des cibles de recherche prévues incluent Tiznit, Tehaleh, où une synagogue a été construite au 18ème siècle la ville portuaire d’Agadir, qui possédait également une synagogue du 18ème siècle, et où la moitié de sa population juive est morte lors du tremblement de terre de 1960 ou encore Taroudant.

Publicité

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Les 10 plus beaux centres commerciaux au monde

Voici les 4 entreprises marocaines qui figurent dans le classement Moyen-Orient de Forbes

15 commentaires hilarants et 100% marocains (trouvés sur Facebook) à votre disposition

Quiz : En couple, à quel point es-tu fidèle ?

Ces 10 acteurs qui ressemblent physiquement à leurs personnages historiques

Ce que tu vis quand tu décides de passer ton permis au Maroc

8 choses que tu vis quand tu es en couple avec un/e non Marocain/e !

Méditer, 6 clichés sur LA nouvelle tendance

7 signes qui montrent que tu es toujours le 'angry friend'

6 choses à faire à Casablanca un dimanche