fbpx

Fès : Un gynécologue arrêté pour pratique régulière d’avortement illégal

Par le 13 octobre 2021 à 9:54

 

Publicité

Un gynécologue, deux assistantes dans une clinique privée, une intermédiaire, un jeune et une mineure âgée de 17 ans, ainsi que sa sœur majeure sont impliqués dans une affaire de pratique régulière d’avortement, de falsification, de détournement d’un mineur, d’attentat à la pudeur, et de participation à la perpétration de ces actes criminels. A Fès. 

Selon la MAP, la brigade régionale de la police judiciaire de Fès avait, sur la base d’informations précises fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), interpellé dans la clinique du gynécologue obstétricien, les suspects en flagrant délit de tentative d’avortement de la mineure, victime de l’attentat à la pudeur et de détournement ayant engendré une grossesse, comme indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Publicité

Le médecin et les deux secrétaires ont été interpellés par la police qui a saisi un certain nombre de dossiers médicaux de femmes ayant subi un avortement illégal. La sœur de la fille mineure a été également interpellée pour avoir présenté un document avec une fausse identité, en vue de faire croire que c’était elle qui allait subir l’avortement et non pas sa sœur mineure.

Mise à part la mineure, tout le monde a été placé en garde à vue « à la disposition de l’enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent » .

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Le Maroc dans le Top 5 des destinations de rêve en 2020

Voici les 8 meilleurs employeurs au Maroc en 2021

7 destinations à petit prix pour une fin d'année magique !

14 conseils pour réussir son entretien d'embauche

Quiz : Organise ton mariage et on te dira où tu vas te marier

Quiz: Quelle star de foot te ressemble le plus ?

14 stars planétaires sans maquillage

Vous êtes en couple? Ne touchez surtout pas à ces objets

Ces nouveaux mots anglais vont vous bluffer

16 choses qu'un étudiant à l’étranger fait quand le Maroc lui manque