fbpx

Je suis marocain, j’ai épousé celle qui me fallait et non celle que j’aimais

Par

L’amour parait chose facile, chose naturelle. Pour Ali, c’était tout sauf logique. Lui aime Hind depuis toujours. Mais elle est libre, folle, indépendante. Trop même. Il choisira d’épouser Meriem, la fille d’une amie à sa mère, parce qu’elle correspond plus à l’épouse idéal. Récit. 

Publicité

 

Je m’appelle Ali, j’ai 30 ans et je m’aperçois que j’ai commis la plus grande erreur de ma vie. Je suis issue d’une famille marocaine moyenne mais très traditionnelle. Nous sommes originaires de Salé, pour nous les traditions sont importantes. Au lycée, je rencontre la femme qui pour moi est la femme de ma vie. Elle est libre et belle, elle dit ce qu’elle pense, elle veut être journaliste ou artiste, veut changer les choses. Moi je suis de nature timide, introvertie. Elle est tout le contraire. Elle m’aime, me donne du courage pour me surpasser. Elle s’appelle Hind. On est le couple parfait : Ali et Alia. Elle a des percings, fait son premier tatouage l’année du Bac. Elle est magnifique, elle sait ce qu’elle veut, elle a du tempérament.

Publicité

 

Elle rêve d’aller étudier à Paris

Bac en poche, on rêve d’aller faire nos études ailleurs. Je ne peux pas. Je n’ai pas les moyens. Elle obtient une bourse. Elle s’en va. Elle me promet de ne pas m’oublier, de me rester fidèle. J’ai peut qu’elle se rende compte que je ne suis pas à la hauteur. On s’écrit, on se parle tout le temps, on se voit les étés. Le troisième été , je décide de la demander en mariage. Elle rencontre ma mère et ma soeur. Et c’est le choc. Ma famille ne l’accepte pas. « Elle est tatouée, elle fume, ça se voit à ses lèvres. Elle boit aussi? Ce n’est pas une fille à épouser ». Je suis choqué. Sans voix. Mon monde s’écroule. Je n’ose pas en parler à Hind. Elle finit par s’en rendre compte. « L’année prochaine on a nos diplômes, on travaille et on construit nos vies, on n’a pas besoin de ta famille. Ils finiront par nous accepter , ne t’inquiète pas ». Mais ce qu’elle dit est impossible. Impensable. « Rdat loualidine » avant tout. Comment faire souffrir ma famille, les décevoir ?

 

Je choisis la famille à l’amour

 

Je finis par quitter Hind. Ma mère me présente Meriem, la fille d’une amie à elle. Une fille timide, bien élevée, fade. J’accepte. Je ne sais pas pourquoi je dis oui. Je me marie avec une inconnue. Je vais faire ma vie avec une femme que je n’aime pas, que je ne connais pas, juste parce qu’elle colle à tous les critères de ma mère. 10 ans plus tard, nous avons 2 enfants. C’est une fille bien mais je n’ai toujours pas de sentiments pour elle. Hind est toujours dans mes pensées. Je le vois briller, elle a une carrière qui m’impressionne, elle voyage, elle est pleine de vie. Je suis mort de l’intérieur. Je n’ai pas été courageux.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

9 choses à savoir sur le Vlogueur marocain Taha Essou

10 souvenirs dont on a peut-être honte aujourd'hui

13 incroyables habitudes des jeunes marocains connectés sur les réseaux sociaux

Tu sais que tu es vraiment trop nul en 'swab' quand...

11 règles simples pour un ventre plat et svelte

13 choses qu'il ne faut surtout pas faire à Casablanca

8 émissions dont la télévision marocaine pouvait se passer

13 mots que seuls les vrais chamalis peuvent comprendre

Quiz : À quelle vitesse tombes-tu amoureux(se) ?

10 choses que seuls les fitness addict marocains font