fbpx

Je suis marocain, je suis un homme transgenre et fier de l’être

Par - 51 réactions

Eden Ghali est né dans un corps de femme. Il a toujours su qu’il était un homme. Voici son histoire. 

Publicité

 

Je m’appelle Eden Ghali, j’ai 27ans et je suis un homme transgenre hétérosexuel, militant des droits humains et fondateur de Moroccan Transmen Community. Mon histoire a commencé à Tétouan au Maroc. C’est où je suis né et où j’ai grandi.

Publicité

Tout commence le jour de la fête de circoncision de mon cousin. J’ai 4 ans et lui, 1an. Je vois ma tante en train de le changer. Je demande pourquoi il a un appareil génital différent du mien, alors que moi aussi je suis un garçon. Ma tante m’explique que je ne suis pas un garçon mais une fille. C’est un choc énorme ! Qui se trompe ? Moi ou ma tante ? Quelques années passent. Je suis adolescent. Mon attrait pour les filles provoque les commentaires des membres de ma famille : « c’est passager », « ça va changer » … Je suis confronté à l’incompréhension, qu’est que tu es un garçon où une fille? Je pleure chaque nuit dans ma chambre sans que personne ne s’en rende compte et je prie Dieu pour que je me réveille dans le bon corps, je gardais toujours espoir qu’un jour je me réveillerai un garçon. C’est de longues années de souffrance muette.

Ma transition sociale s’est produite à l’âge de 17 ans. J’ignorais le mot « transgenre ». Je ressentais dans mes entrailles que ce corps dans lequel j’étais n’était pas le mien. J’avais besoin qu’on m’appelle d’un nom de garçon, qu’on utilise « il » pour parler de moi. Mes amis ont accepté de le faire sans hésiter, et cela m’a soulagé.

Je suis belgo marocain, à l’âge de 19ans je suis parti en Belgique et ce n’est qu’en Belgique que mon professeur de psychologie à l’UCL m’a enfin expliqué la différence entre transgenre et intersexe. Un soir, en pleine pandémie, ma mère m’appelle du Maroc pour me dire que je m’habille comme un garçon, je ne porte que des vêtements d’homme. Ça lui fait honte. Le moment est mal choisi. Je me sens déprimé, en plein désespoir. Le discours de ma mère fait monter en flèche ma dysphorie de
genre… et j’annonce à ma mère que je suis transgenre !!! Et que je vais commencer ma transition !!

Aujourd’hui, j’ai subi une torsoplastie et je suis sous traitement hormonal depuis 11 mois. Ma vie ne s’arrêtera jamais à cause de mon entourage ou de ma famille. Ma mère rectifie d’elle-même quand quelqu’un utilise « elle » pour parler de moi : « C’est un garçon ». Je ne vois pas en quoi ça dérange les gens? Qu’est-ce que ça peut leurs faire ? Je suis un homme transgenre, fier de l’être, et je ne laisserai jamais personne me priver de mon droit d’être moi-même.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

11 types de copines que nous avons toutes

23 types de filles marocaines qu'on a tous/toutes été amené(e)s à connaître un jour

10 questions qu'il faut se poser avant d'emménager seul(e)

10 choses qu’on commence avec enthousiasme et qu’on abandonne très rapidement

10 photos, 1 pays, saurez-vous deviner duquel il s'agit (1) ?

11 produits beauté naturels que toute Marocaine a déjà utilisés

8 personnes que tu retrouves lors d'un dîner de famille marocain

6 plages privées à visiter en 2020 dans la région de Casablanca

Quand nos héros de dessins animés d'enfance deviennent marocains

14 choses que seuls les adeptes de la sieste connaissent