fbpx

Je suis marocain, j’ai une passion mais mes parents ont une autre vie pour moi

Par

C’est l’histoire d’un jeune garçon qui a tout pour être heureux mais qui ne l’est pas. Il rêve de devenir musicien, de vivre de sa musique mais ses parents ont prévu autre chose. Il doit reprendre le cabinet d’architecture que son grand-père et son père ont crée. Histoire. 

Publicité

Je m’appelle Mehdi. J’ai toujours rêvé d’être musicien, de faire des tournées. Je ne suis bien que sur scène. J’adore écrire, composer, à la guitare ou au piano. Chanter devant les gens me rend heureux. J’ai fais ça toute mon adolescence. On avait un groupe au lycée, on a fait des scènes. Je m’y voyais déjà. Mes parents m’encourageait, venaient me voir. Ils étaient fiers. J’ai la chance de vivre dans une famille qui a les moyens, mes parents sont architectes. J’ai toujours eu tout ce dont j’ai eu besoin, je n’ai pas le droit de me plaindre.

Publicité

Choisir des études…

Quand il a fallu choisir les études, je n’ai bien sur pas eu le choix. Architecture ou rien. C’était le deal. J’avais 18 ans, je n’ai pas réfléchi. Je ne voulais qu’une seule chose, aller en France continuer mes études et faire de la musique. Ce que j’ai fais. Je faisais de la musique tant que je pouvais. J’avais crée un groupe, on faisait la tournée des bars, des festivals. Ca marchait bien. On a même eu un label qui nous a fait confiance. Quand mes parents ont su, c’était la catastrophe. Ils m’ont menacé de me rapatrier au Maroc. Je ne me suis pas battu, j’ai eu peur. J’ai refusé. J’ai dis non à mon rêve.

Le retour au cauchemar

Aujourd’hui, je suis rentré au Maroc depuis 1 an, je travaille pour un cabinet que je n’aime pas, dans un environnement qui ne me va pas. Je pense que je suis en train de faire une dépression et je ne sais pas comment faire. Je ne peux pas faire du mal à mes parents. Ils ne supporteraient pas que je fasse autre chose. Mais comment osent-ils contrôler ma vie ? Je suis tellement malheureux, j’ai même tenté de me suicider il y a quelques mois. Je sais que j’ai tout pour être heureux mais je ne le suis pas. Je n’ai pas le droit de choisir ma vie. J’ai peur, j’ai mal. Comment faire pour choisir mon destin sans heurter mes parents ?

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

7 fausses idées que se font les Marocains de la vie étudiante en France

Quiz - La Ah La La: Connais-tu les répliques de la VOIX ?

5 réflexions à éradiquer de l'esprit de beaucoup de Marocains

Voilà comment satisfaire la maman marocaine maniaque de la propreté

18 situations qui ne plaisent pas aux personnes petites de taille

10 choses que tu te dis quand tu sais que tu vas travailler bientôt

Les personnalités arabes qui ont marqué l’histoire

7 situations auxquelles tu peux être confronté en achetant d'un groupe Facebook marocain

J'adore les chaussures à talons, mais je ne les porte jamais...

Entre Fakia et cadeaux, étant petits, on attendait Achoura avec impatience pour...