fbpx

Les appareils électroniques déchargés interdits d’avion aux Etats-Unis

Par le 7 juillet 2014 à 22:43

C’est une nouvelle mesure de sécurité aérienne: les appareils électroniques déchargés, qui ne peuvent pas s’allumer, ne seront plus admis dans les avions en partance pour les Etats-Unis. C’est ce qu’a annoncé, dimanche dernier, l’agence américaine du transport aérien (TSA).

Publicité

Les autorités craignent qu’on utilise les ordinateurs portables, les tablettes, les téléphones portables, ou les consoles de jeu comme des bombes. Le ministère de la sécurité intérieure avait indiqué que ces nouvelle mesures de sécurité seront mises en place dans les prochains jours, sans donner une date exacte.

Les responsables de la sécurité contrôlent tous les appareils électroniques. Pendant le contrôle, ils pourront demander à leurs propriétaires d’allumer leurs appareils, y compris les téléphones portables. Les appareils déchargés ne seront pas admis à bord. Le voyageur pourra également faire l’objet d’un contrôle supplémentaire. – L'agence américaine du transport aérien

En effet, le département américain de la sécurité intérieure avait ordonné aux autorités aéroportuaires et aériennes de contrôler attentivement les chaussures et les bagages des passagers en direction des Etats-Unis, afin de lutter contre le terrorisme.

Publicité

Rédactrice en chef chez Welovebuzz. Amoureuse de littérature, de sport et d’art en général. Toujours prête à vous dénicher un contenu à la hauteur de vos attentes.

Publicité

Les indémodables

Une petite pensée à ceux qui ne voyagent pas cet été

9 choses qui peuvent t'arriver quand tu travailles en agence digitale au Maroc

10 signes qui font de toi un Casaoui

Quand les logos de marques marocaines prennent les couleurs de leurs concurrents

19 choses qui te passent par la tête quand tu es enrhumé(e)

Top 7 des blagues à faire à vos collègues de bureau

2005-2015 : 9 choses qu'on ne fait plus

10 remèdes insolites de grand-mère

Et si Harry Potter se déroulait au Maroc ?

En images 9 phrases que tout infographiste détesterait entendre