On lui refuse la nationalité allemande pour avoir refusé de serrer la main d’une femme

Par le 20 octobre 2020 à 11:00

Le tribunal administratif du Bade-Wurtemberg a refusé définitivement la demande de naturalisation déposée par un Libanais. La raison ? Il a refusé, pour des raisons religieuses, de serrer la main de la femme en charge de son dossier.

Publicité

Pourtant, tout était en faveur du médecin Libanais qui était installé en Allemagne depuis 10 ans. Après avoir fini ses études, il avait entamé la procédure pour obtenir la nationalité, en 2012. Il avait réussi toutes les démarches et avait obtenu de très bons scores aux tests également. Tout se déroulait comme prévu, et en 2015, on l’avait appelé pour recevoir le certificat qui donne officiellement accès à la nationalité allemande. C’est là que les choses avaient basculé, lorsqu’il avait refusé de serrer la main de la femme en charge de son dossier. La fonctionnaire ne lui a donc pas remis le certificat, et l’affaire a été transférée au tribunal administratif du Bade-Wurtemberg, qui a décidé, le 17 octobre 2020, de rejeter à son tour la demande de naturalisation de l’homme.

Publicité

Alors que pour cet homme musulman, ne pas serrer la main d’une femme était juste une promesse faite à sa femme pour ne pas être « tenté », ce geste est considéré comme une enfreinte des valeurs d’égalité inscrites dans la constitution allemande.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

24 hôtels qui vous donneront envie de faire vos valises

Tu sais que c'est la '7ess' quand...

Tu sais que c'est la période des finaux quand...

Quiz : Quel type de colocataire es-tu ?

Quelle est la qualité méconnue de votre signe astrologique dont vous deviez être fier ?

Mode d'emploi : Comment réanimer une conversation après le terrible 'Ewa' ?

Negafa, Guerrab... ces métiers propres à notre culture

4 animes à ne pas rater sur Netflix

Tu t'es fait embaucher ? Voici 13 situations que tu as dû sans doute vivre avec ton entourage

12 choses qui prouvent que tu n'aimes pas trop les gens