fbpx

Photos : Découvrez l’AMI, l’association qui facilite le quotidien des enfants souffrant de handicap

Zaïnab Aboulfaraj

Par

L’association amicale marocaine des IMOC/IMC (AMI), basée dans le quartier Bourgogne à Casablanca, fait un travail de titan. Dans un pays où les enfants souffrant de handicap sont souvent marginalisés et mal pris en charge. Loubna Cherif Kanouni et Rachid Mekouar ont décidé d’agir pour contrer cette tendance, et de créer une association pour prendre en charge ces enfants “extraordinaires” comme ils aiment les appeler. Welovebuzz a rencontré leur fille Aïda Mekouar, qui fait partie des membres fondateurs de l’AMI qui nous parle un peu plus du travail extraordinaire qu’ils font au quotidien.

Publicité

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Aïda Mekouar, je suis la fille de Loubna Cherif Kanouni et Rachid Mekouar cofondateurs de l’association amicale marocaine des IMOC / IMC (AMI). Je suis un des membres fondateurs de l’association. Il faut savoir que ce projet est avant tout une histoire de famille qui nous regroupe. L’association est née grâce à mon petit frère qui est handicapé et atteint lourdement d’ infirmité motrice cérébrale (IMC). Il a 16 ans aujourd’hui.

Publicité

Comment l’association est née ? Quand est-ce que le déclic a eu lieu exactement ?

L’association a vu le jour en 2010, un an après le centre a été créé. Il n’y avait rien pour les enfants IMC. Il fallait créer quelque chose ou partir. Mes parents ont décidé d’agir. Des enfants comme mon petit frère il en existe 20 fois plus qu’en France par exemple. La question ne se posait plus. Il fallait faire quelque chose pour leur fils, mais pour leur pays également. L’association a vu le jour à ce moment-là.

Avant l’AMI, y avait-il des structures pour prendre en charge les personnes IMC ?

Non. Il n’y avait pas d’accompagnement non plus pour les familles qui découvraient que leur enfant était IMC. Ils sont plongés dans un univers complètement inconnu, où ils peuvent se retrouver dépassés par les événements. Pas de soutien psychologique non plus. Aucune école ne prend ce genre d’enfants qui sont différents. Nous on aime les appeler les enfants extraordinaires. Il n’y avait rien pour cette catégorie d’enfants qui sont complètement mis à l’écart, marginalisés.

Comment accompagnez-vous ces enfants concrètement au sein de l’association ?

Le centre accueille près de 140 enfants chaque jour. Beaucoup d’activités pluridisciplinaires sont mises en place pour qu’ils puissent avoir tout ce dont ils ont besoin : De la kinésithérapie, orthophonie, psychomotricité, de l’éveil sensoriel, balnéothérapie. On est des facilitateurs du quotidien de ces enfants et de leurs familles.

Lors de l’édition 2021 du raid Sahraouiya qui se termine ce samedi 20 mars, deux binômes représentent votre association.

C’est des jeunes, des femmes brillantes, entreprenantes. Elles sont très accomplies et ce sont des femmes engagées. Elles représentent l’AMI et notre cause n’est malheureusement pas très connue au Maroc. Nous faisons un travail acharné depuis dix ans, mais nous n’avons pas de reconnaissance. Nous ne sommes pas très connus.

On a été très touchés que des femmes inspirantes ont décidé de s’engager dans un raid. On trouve ce genre d’initiative magnifique. Nous sommes très fiers, parce que la relève de demain c’est la génération d’aujourd’hui. On ne les remerciera jamais assez. Si elles gagnent, elles reverseront les dons à l’AMI. Pour être très honnête, à nos yeux elles ont déjà gagné et nous de même.

Quelles sont les nexts steps ?

On va organiser un événement le 29 mars pour célébrer le retour des Sahraouiyates. De plus, le lendemain sera la journée nationale de l’handicap, donc nous célébrerons tout ça ensemble.
On va également annoncer la mise en place de carnets de sponsoring pour les enfants. Il faut savoir qu’un enfant IMC coûte environ 25.000 dirhams l’année. La plupart des enfants sont pris en charge complètement et gratuitement dans le centre. Les carnets vont contenir 25 tickets de 1.000 dirhams pour que chaque personne puisse contribuer à hauteur de ces possibilités. C’est tous ensemble qu’on avancera et c’est tous ensemble qu’on ira loin.

On est en train de lancer un centre de formation interne. Notre personnel est formé en continu par des spécialistes. C’est un personnel qui a la légitimité de former lui-même des gens pour qu’ils puissent travailler au sein de l’AMI ou de centres similaires. Les formations seront lancées juste avant le ramadan.

Zaïnab Aboulfaraj

Humaniste, je cherche avant tout à raconter des histoires qui peuvent vous inspirer. Journaliste dans l'âme depuis mon plus jeune âge.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Emmerder le monde en 34 petits conseils quotidiens

Quiz : Sais-tu parfaitement parler marrakchi ?

Voilà comment la femme énerve l'homme

26 signes qui font de toi un étudiant de ENCG Casa

12 compliments qui font chaud au coeur

Quiz : À quelle maison de Game of Thrones appartiens-tu ?

Tu sais que tu es prêt(e) à déclarer la guerre aux moustiques quand...

Les 5 commandements pour arrêter de fumer

Les 15 types de personnes que tu rencontres après le ftour

Voici à quoi t'attendre réellement si tu décides de faire médecine au Maroc