fbpx

Une Pakistanaise condamnée à mort pour des messages sur WhatsApp

Par le 31 janvier 2022 à 11:47

Au Pakistan, un tribunal a condamné à mort une jeune femme pour des messages jugés « blasphématoires » envoyés sur Facebook et WhatsApp, cette dernière nie les faits et maintient qu’elle a été piégée par un homme dont elle avait refusé les avances. Rapporte Ulyces.

Publicité

Aneeqa Ateeq est une jeune Pakistanaise de 26 ans. Elle a été jugée et condamnée à mort par un tribunal de Rawalpindi, dans la province du Pendjab, mercredi dernier. La raison ? Un homme a porté plainte contre elle pour des messages jugés blasphématoires. Les lois au Pakistan sont extrêmement dures en ce qui concerne le blasphème, même lors de conversations privées en ligne. L’acte d’accusation indique qu’Ateeq a rencontré son accusateur en 2019 sur un jeu mobile, avant d’entamer avec lui une conversation sur WhatsApp.

Publicité

Le plaignant a accusé la jeune femme de lui avoir envoyé des caricatures et des remarques blasphématoires sur les prophètes. Aneeqa Ateeq aurait selon lui « délibérément et intentionnellement profané des personnalités sacrées et vertueuses, et insulté les croyances religieuses des musulmans », indique l’acte d’accusation. La jeune femme, musulmane pratiquante, nie toutes les accusations, affirmant qu’elle a été entraînée dans une discussion destinée à la piéger, après qu’elle a refusé « d’aller plus loin » avec son accusateur.En dépit de sa défense, le tribunal de Rawalpindi a rendu son jugement et Aneeqa Ateeq a été déclarée coupable, condamnée à 20 ans de prison et à la peine de mort, qui s’effectue par pendaison au Pakistan. Le procès illustre l’extrême sévérité des lois sur le blasphème au Pakistan, où l’État ordonne très régulièrement des condamnations à mort, qui se transforment généralement en peines d’emprisonnement à vie. Nombre de ces procès s’achèvent par une condamnation sans preuves substantielles.

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Lalla Essaydi, une artiste marocaine qui marie la photographie à la calligraphie arabe

6 choses que vous ignoriez sur l'été

Qui est Rabii Glim, acteur et scénariste de "The Punch" ?

7 choses qui prouvent que les chaînes de télévision marocaines sont vraiment à part

Quiz : Tes habitudes sur les réseaux sociaux vont déterminer le job qui te correspond le plus

6 choses que le Marocain fait avec son sweatshirt préféré

10 choses que tu te dis quand tu sais que tu vas travailler bientôt

10 choses que vous ne saviez pas sur le Roi Mohammed VI quand il était enfant

5 scènes de films et séries marocains que vous n'oublierez jamais

18 photos de Tanger qui vous rendront nostalgique de 'La perla del norte'