Commerçants marocains : on a fait un tour des clichés, et voici ce qu’ils en pensent

Par - 551 réactions

Les stéréotypes sont utiles pour comprendre les autres, le monde et s’y orienter, mais ils peuvent être dangereux car ils simplifient, généralisent. Ils peuvent être inexacts et ils imposent un jugement qui souvent dévalorise la personne, le groupe, la chose dont il est question. Le Maroc est rempli de stéréotypes qui ne laissent pas indifférent, sont-ils fondés ?

Publicité

Parmi les stéréotypes que l’on peut observer partout au Maroc, celui concernant l’origine de certains commerçants et le rapport avec leur activité: le vendeur de fruits secs (Moul zeri3a) est souvent d’origine sahraouie, le propriétaire de la laiterie (Mahlaba), lui, est d’origine amazighe et le vendeur de légumes quant a lui est d’origine bédouine. Pour essayer de comprendre ce phénomène, nous avons demandé des explications a chacun de ces propriétaires.

Amazighes, spécialistes de la Mahlaba

Nous nous sommes dirigés vers une laiterie au hasard et après avoir fait quelques courses, nous avons posé la question à Haj Hammad,  son propriétaire cinquantenaire. Selon lui, les Amazighes sont spécialistes dans tous ce qui concerne les produits laitiers ainsi que les huiles. D’où le choix des Amazighes d’opter pour une laiterie.  » Qui possède le lait de meilleur qualité, l’huile d’olive et l’huile d’Argan a part nous? On s’y connait« , rajoute t-il.

Publicité

Vendeurs de légumes, fermiers à la base

Apres avoir recueillie le témoignage de Haj Hammad, nous sommes partis à la recherche d’un vendeur de légumes pour avoir son point de vue par rapport a ce sujet. Mokhtar, originaire de la région de Doukala, explique que la majorité des vendeurs de légumes sont des agriculteurs a la base. Apres la récolte, ils se dirigent vers la ville pour vendre, des fois, ils chargent des membres de la famille de s’occuper de la vente. Il conclut: « Les meilleurs terres agricoles se trouvent dans les régions de l’intérieur. »

Vendeur de fruits secs

Contrairement aux deux réponses précédentes, Abdullah, propriétaire d’un magasin à fruits secs, ne sait pas pourquoi les Sahraouies du Maroc ont tous ce projet en commun. Selon lui, toute personne de Zagora (sa ville natale) souhaitant migrer vers les grandes villes du royaume part avec cette ambition d’ouvrir un magasin a fruits secs. Il rajoute: « Au risque de mentir, je ne pourrais donner une explication à ce phénomène, peut-être c’est ce que nous savons faire. »

Mon moteur dans la vie, c’est de contribuer à la bienveillance envers nous et entre nous. À l’aise avec les différences de cultures, j’ai à cœur de développer mes qualités et apprendre de nouvelles choses, notamment dans le domaine de l’amélioration de soi. La pensée positive m'est une vertu.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

12 choses qui démarquent un Marocain à l'étranger

7 galères que vit toute fille qui se maquille

14 bonnes raisons de boycotter la Saint-Valentin

One Night in Miami : La nuit du « Change is gonna come »

Tu sais que tu es une stalkeuse marocaine quand...

Photos : Et si on on personnifiait les nuages ?

10 types de personnes qu'on croise dans les transports en commun

Les 20 trucs qui font que tu détestes la plage

10 types de coiffures à adopter pendant l'été

Les acteurs de Games Of Thrones en mode Avant/Après