fbpx

3500 km de côtes maritimes et 230 dh le kilo de poisson, comment et pourquoi ?

Par le 23 mai 2018 à 14:32 - 84 réactions

Le boycott est une arme redoutable de protestation et les industriels marocains sont en train de l’apprendre à leurs dépens. En cause, la hausse globale des prix et la prise de conscience des Marocains de leur pouvoir de consommateur. Après le boycott de Centrale-Danone, Afriquia et Sidi Ali, le phénomène est en train de se propager au poisson. Voici un récapitulatif de ce phénomène en 10 points.

Publicité

1. Point de départ tunisien

Les initiateurs de ce vaste mouvement de boycott sont tunisiens. Ils sont les premiers à avoir décidé de réagir face à la cherté des produits alimentaires, notamment le poisson. En plus des produits de la mer, les Tunisiens se sont lancés dans une campagne de boycott de produits turcs et américains.

aa.com.tr

2. Propagation du phénomène en Algérie

Après le « succès » de l’expérience tunisienne, les Algériens se sont également mis au boycott. Dans leur collimateur, les voitures françaises Made in Algeria qu’ils estiment beaucoup trop chères. C’est ainsi que naquit le hashtag #khellihitsedda.

Publicité

fibladi.com

3. Au tour du Maroc de s’emmêler

Le phénomène n’a pas tardé à atteindre le Maroc. Après les Tunisienne et Algérienne, la société civile a pris les choses en main et s’est attaquée à la puissance de certaines multinationales auxquelles elle reproche des prix pratiqués beaucoup trop hauts. Afriquia, Centrale-Danone et Sidi Ali l’ont appris à leurs dépens.

maroc-leaks.com

4. Le poisson est trop cher ? On boycotte

C’était une question de jours avant que la société civile marocaine ne s’attaque aux poissons. Cette denrée alimentaire a toujours été jugée trop chère par les Marocains et depuis quelques jours, ils comptent bien faire entendre leur voix.

telquel.ma

5. Des prix trop hauts, pas pour rien

Le secteur halieutique comporte beaucoup trop d’intermédiaires. Ceci fait qu’entre le moment où le poisson est pêché et celui où il arrive auprès du consommateur final, son prix est décuplé. De plus, l’État ne s’est jamais penché sur ce problème ni a cherché à réguler le secteur. Résultat : Boycott du peuple.

medias24.com

6. Pour ne pas arranger les choses, les prix flambent

Comme pour chaque ramadan, divers facteurs (disponibilité, offre et demande) font que les prix du poisson deviennent très élevés. Les prix deviennent beaucoup trop hauts. Le paradoxe, c’est que le poisson marocain est vendu moins cher en Europe qu’au… Maroc. Pourtant, les niveaux de vie ne sont pas comparables.

topbladi.com

7. Appel au boycot immédiat

Comme en Tunisie, des appels au Boycott du poisson ont commencé à fleurir. En cause, le paradoxe du prix des poissons par rapport à l’envergure du littoral marocain.

 

8. Les réseaux sociaux marocains en feu

Depuis ce matin, les appels au boycott connaissent une résonance importante auprès de la société civile marocaine. Un hashtag dédié est même créé pour l’occasion #laisse_le_pourrir.

9. Le poisson est une denrée spéciale : Très difficile à conserver

La grande prévisibilité du poisson exercera une énorme pression sur les industriels du secteur. Contrairement à l’eau et aux hydrocarbures, la conservation du poisson est assez compliquée (en plus d’être coûteuse).

transports-driege.com

10. Grosse perte d’argent en perspective et donc obligation de réaction

Si l’État marocain a depuis des années, évité le sujet, il semblerait qu’il n’ait plus d’autres choix aujourd’hui que de réguler le secteur en profondeur. Les pertes potentielles sont gigantesques et la régulation ne permettrait à personne de sortir gagnant de cette affaire : les industriels, l’État et les consommateurs.

h24info.ma

Je suis passionné de nutrition et de gastronomie marocaine. Mon combat est de faire reconnaître que les deux sont complémentaires. Je suis également passionné de voyage et de découvertes, mais on dit que la plus belle chose à offrir au monde c'est soi. Alors j'aime les traditions et voue un culte déraisonné pour celles de notre pays.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Si tu as fait ces 6 choses, c’est que tu dois absolument avoir ta propre maison...

6 prénoms très rares portés par des Marocaines et leurs significations - 3e partie

#FOODLOVER : Les 18 meilleurs comptes Instagram à suivre

10 choses qui caractérisent les sitcoms marocains

Mon beau Maroc : À la découverte d'Al Hoceïma

Friends : 3 types d'amis que nous avons dans nos vies

Les 10 signes qui font de vous des passionnés de café

6 choses que tu vis quand tu sors avec quelqu'un de ta classe

Mon beau Maroc : Cap des Trois Fourches, le diamant brut du Nord

9 choses qui font le bonheur des amoureux du football