La startup de cette étudiante marocaine propose des accessoires à base de cuir de poisson

Haikou Fadoua

Par le 2 janvier 2018 à 16:37

Symbole de volonté et de travail acharné, Aya Laraki, une jeune étudiante en économie et gestion de 20 ans a donné jour à une maison de maroquinerie baptisée « CuiMer » proposant des produits qui respectent la nature, à base de cuir de poisson. Grâce aux déchets de ces derniers déversés chaque jour dans la nature, Aya a eu l’idée de les réutiliser et de fabriquer avec, des produits de maroquinerie et des sandales en cuir pour femmes.

De nature créative et curieuse, Aya a su développer une idée d’alternative qui recycle la peau de poissons pour en faire un cuir très résistant et hypoallergénique, afin d’éviter le massacre des reptiles (crocodiles et serpents). Ce cuir est de nature imperméable et exotique doté d’une apparence distinguée dont les caractéristiques sont similaires au cuir des reptiles.

 

Ce projet, qui rassemble Aya la fondatrice et quatre autres filles qui tiennent différents postes dans cette Startup, est soutenu par plusieurs grandes structures notamment : Espace Bidaya, La chambre française de commerce et d’industrie du Maroc, Groupe le Matin et Groupe Bewok.

Prochainement, CuiMer lancera une collection de séries de produits en cuir de poissons aux caractéristiques inédites vu qu’il est imperméable, résistant à la déchirure et eco-responsable fabriqué par de grands maîtres de maroquinerie. Une belle promesse pour que vous soyez au rendez-vous !

Les indémodables

9 choses qui t'arrivent après avoir passé le permis

10 façons de rester toujours motivé

8 ''je t'aime comme...'' dont on se serait bien passé

On a tous un ami sur Instagram qui...

Negafa, Guerrab... ces métiers propres à notre culture

6 choses que tu vis quand tu sors avec quelqu'un de ta classe

Tu sais que t'as grandi à Meknès quand...

10 phrases typiques de toutes les grands-mères marocaines

10 situations que tous les marocains vivent pendant l'été

10 choses qu'une fille se dit lorsqu'elle a ses règles