Mehdi Lougraïda, le chef d’orchestre marocain qui fait valser le classique

Par - 157 réactions

Il vient de séduire le public marocain en dirigeant l’Orchestre Philharmonique pour la deuxième fois avec un programme de valses divinement exécutés. Un beau spectacle qui a tourné à Oujda, Casablanca et Rabat cette semaine. On en parle.

Publicité

 

De la fougue, de la fraicheur, de l’humour. Qui a dit que la musique classique était guindée ? Mehdi Lougraïda prouve le contraire. Le jeune maetro passionné dirige ses musiciens comme il dirigerait sa vie, avec panache et amour.

Publicité

Un maestro méticuleux et moderne

Jean-Baptiste Liotard

Gracieux, le maestro apporte avec lui un vent de fraîcheur et de modernité. C’est bien articulé, un soin particulier est porté aux temps forts des phrases et à l’élégance de leur exécution. On profite du romantisme de Johann Strauss II et de Brahms, on embarque dans le Vienne d’antan avec la nostalgie d’un passé que l’on n’a pas connu mais qu’on a rêvé.

La valse à 10 temps

Jean-Baptiste Liotard

Il est beau le programme musical qu’a concocté l’Orchestre Philharmonique du Maroc. Farid Bensaid, du haut de son violent méticuleux, prend plaisir à être dirigé par un jeune franco-marocain plein de promesses. C’est ainsi que l’on se balade dans l’univers enchanté de Johann Strauss II avec une ouverture de La Chauve-Souris, sous le tonnerre et les éclairs, Eljen a Magyar le temps d’une polka et la voix tu printemps le temps d’une valse. Une pause mérité dans le monde romanesque et romantique de  Brahms avec une danse hongroise (n°1) suivie de la n°5 quelque temps plus tard après la Valse de l’empereur et Pizzicato Polka. Le moment tant attendu du Beau danube bleu va mettre le public dans la poche du maetro qui les laisse taper des mains et des pieds avec un finish en Tritsch-Tratsch Polka. Joli !

Une carrière déjà bien dessinée

Jean-Baptiste Liotard

Né en 1985, Mehdi Lougraïda se passionne dès son plus jeune âge pour l’univers musical. A 14 ans, il entre au Conservatoire National de Région de Lyon en flûte traversière dans la classe de Michel Lavignolle, ainsi qu’en classe d’analyse, d’écriture et de musique de chambre. Il obtient en 2009 son Diplôme d’Etude Musicale en flûte traversière et rentre au conservatoire de Rueil-Malmaison dans la classe de Pascale Feuvrier en perfectionnement. Il participe à de nombreuses master classes avec Julien Beaudiment, Pascale Feuvrier, Benoît Fromanger. En 2009, il est nommé flûtiste à l’Orchestre des Sapeurs-Pompiers de Paris.
En septembre 2006, il est admis à l’École Normale de Musique de Paris en direction d’orchestre où il travaille avec Dominique Rouits et l’Orchestre de l’Opéra de Massy. Il obtient le Premier Prix, à l’unanimité, du Diplôme Supérieur de Direction d’Orchestre en juin 2008. Il remporte le prix de direction d’orchestre lors du 17ème concours international de musique à Ostrava en République Tchèque en juin 2015.

Il apprend auprès des plus grands

Jean-Baptiste Liotard

Il étudie la direction d’orchestre auprès de grands chefs comme Wolfgang Doerner, David Reiland, Leonid Grin, Heinz Holliger, Peter Eötvös. Il a été l’assistant d’Alexandre Bloch, Thierry Fischer, Matthias Pintscher. Il étudie également à la Fondation Peter Eötvös à Budapest en Hongrie pour travailler sur la musique contemporaine. Il collabore avec les compositeurs comme Helmut Lachenmann et György Kurtág. En 2017, Il est admis à la prestigieuse Académie de jeunes chefs d’orchestre du Festival de Lucerne en Suisse. Il collabore avec des compositeurs en résidence sur le répertoire contemporain en dirigeant plusieurs créations avec l’Ensemble of Lucerne Festival Alumni et l’orchestre du Lucerne Festival Academy.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

10 idées de cadeaux à offrir aux amoureux de la lecture

20 signes qui prouvent que tu as oublié ton ex définitivement

Quiz : Réponds à ces questions et on te dira quand tu seras marié(e)

7 tatouages qui pourraient vous donner envie d'oser

Ces moments virtuels par lesquels on est tous passés

11 endroits où prendre son café à Casablanca

12 signes pour reconnaître un connard

8 ''je t'aime comme...'' dont on se serait bien passé

La cuisine Marocaine : 2ème meilleure gastronomie au monde

5 clichés de Malick Sidibé à découvrir au Musée de Rabat