Mon scandaleux périple avec la Royal Air Maroc

Par le 17 septembre 2014 à 16:48

A 15h j’arrive à l’aéroport pour prendre mon vol pour Paris Orly. Je vois une foule impressionnante devant les bornes d’enregistrement de la RAM et bien qu’habituée à voyager, le nombre de personnes me paraît tout de même inhabituel. Les minutes défilent, la queue n’avance pas et bien sur, aucun représentant de la RAM pour expliquer la situation ; il faut donc aller à la pêche aux infos.

« Le vol précédent pour Paris Orly est parti avec les bagages, sans les voyageurs. »

Il se trouve qu’un bug informatique empêche l’enregistrement des bagages depuis le matin. Et pourquoi y a-t-il autant de voyageurs qui attendent ? Parce que le vol précédent pour Paris Orly est parti avec les bagages, sans les voyageurs.

Le bug informatique a rendu impossible l’impression des tickets d’embarquement, et donc ceux-ci ont été écrits à la main. Sauf que les personnes chargées de l’embarquement ont tout simplement refusé l’accès à l’avion aux voyageurs qui ont un ticket écrit à la main, car ils ne sont absolument pas au courant du problème. Conséquence ? L’avion a fini par décoller sans presque personne à bord.

10705321_10152498029232701_717323874_n

15h, le problème persiste toujours et les caisses sont fermées. Après que quelques passagers aient haussé le ton, une caisse a été ouverte et l’enregistrement a pu commencer.

J’ai fini tant bien que mal, avec l’aide de mes parents, par enregistrer mon bagage, et mon billet écrit à la main en poche, je me rends à la douane. Jusque là rien de bien différent. Une fois à la porte d’embarquement, les problèmes reprennent.

« Ils sont restés là à regarder les passagers se battre pour qui passe en premier. »

Entre les passagers qui étaient censés prendre l’avion de 14h et ceux à qui on a refusé l’accès à bord, les représentants de la Royal Air Maroc ne savent pas où donner de la tête pour calmer les passagers mécontents. Ils sont restés immobiles à regarder les passagers se battre pour embarquer dans l’avion.

Comment est-il possible de faire preuve d’aussi peu de professionnalisme ?

Après un mouvement de force pour faire reculer les gens, l’embarquement commence enfin dans l’angoisse puisque rien ne me garantit une place dans ce vol.

Royal Air Maroc ou le comble de l’incompétence

A la grande surprise des passagers, deux avions de la Royal Air Maroc étaient sur la piste, et pourtant, la situation ne s’est pas fluidifiée. On devait en conclure qu’un avion partirait avant l’autre ; on était donc soumis au plus pur des hasards pour choisir dans quel avion embarquer.
Une fois dans l’avion, il n’était pas facile de trouver une place pour soi même, encore moins pour les bagages en cabine puisque évidement, aucune place n’a été attribuée.

Nous arrivons tant bien que mal à Paris Orly et pour clôturer la soirée en beauté, aucune place de parking n’est disponible pour l’avion. On a du encore attendre pendant de longues minutes.

Royal Air Maroc, meilleure compagnie aérienne d’Afrique en 2014… mais oui !

Réponse de la Royal Air Maroc suite à notre article

Etudiante en école d'architecture à Paris, la plus belle des villes. Passionnée d'art, de photographie et de cinéma.

Les indémodables

Casablanca : Ces 6 endroits mythiques que beaucoup de jeunes squattent

Le Maroc de Yamat Cyber, c'était ça...

10 astuces pour prouver que la vie d'adulte n'a pas pris le dessus sur toi

15 moments que tous les fans de mangas ont déjà vécu

10 personnes qu'on devrait avoir le droit de tuer

9 raisons d'adorer les trains marocains

14 photos qui prouvent que la différence fait la beauté

Ces choses romantiques dans les films qui sont tout à fait bizarres en vrai

10 situations inévitables pendant la préparation d'un exposé

Les 10 meilleurs joueurs de Poker marocains