fbpx

Najia Nadhir, la mécène marocaine aurait failli se faire avoir par des arnaqueurs

Par le 6 mars 2019 à 14:45

Alors que Najia Nadhir, une femme d’affaires marocaine avait offert un don de près de 12 millions de dirhams afin de construire une école et de réhabiliter d’autres à Settat, tout en faisant sensation sur la toile, elle aurait failli tomber dans les filets des arnaqueurs.

Publicité

Selon Le 360, qui cite le quotidien arabophone Al Akhbar, l’histoire de cette mécène relayée par de nombreux médias, aurait suscité l’intérêt d’une bande d’arnaqueurs qui aurait tenté de profiter de sa gentillesse ainsi que sa générosité.

Publicité

Un homme originaire de Ben Hmad aurait fait appel à Najia afin de l’aider à subvenir aux besoins de son fils atteint d’une maladie incurable. Il aurait demandé 30.000 dirhams pour des analyses et aurait eu un retour favorable de la part de la grande dame. Toutefois, cette dernière aurait été sollicitée par la même personne pour un montant de 600.000 dirhams, pour les besoins d’une prétendue opération chirurgicale que son enfant devra subir à l’étranger.

Une demande qui aurait poussé la généreuse dame à alerter la gendarmerie royale pour lui tendre un piège. Il aurait été, par la suite, arrêté pour ensuite avouer qu’il avait deux autres complices avec lui, à Casablanca et Rabat. 

Journaliste et animatrice. Mon métier est ma passion... Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur ? Les animaux.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Quiz : Quel type de conducteur es-tu ?

Ramadan 2018 : 12 endroits pour un ftour à moins de 200 dirhams à Casablanca

Ces 11 friandises marocaines des années 90

6 mauvaises habitudes que notre système éducatif nous apprend

7 choses que seule une fille à papa comprendra

7 astuces pour planifier un voyage de rêve à petit prix

Comment j'ai réussi à faire du Meal Prep malgré mes horaires de malade ?

12 bonnes raisons de ne JAMAIS visiter Las Palmas

15 signes qui font de toi un étudiant en médecine au Maroc

Ces photos qui prouvent que nous étions beaucoup trop innocents pendant notre enfance