Les futurs médecins s’apprêtent à boycotter les rattrapages

Par le 18 juin 2019 à 13:27

Les étudiants en médecine continuent de revendiquer leurs droits et le malaise est loin de prendre fin. Ils s’apprêtent également à boycotter les rattrapages si aucune action concrète n’est établie par le gouvernement.

Publicité

Photo d’illustration – LNT

Une conférence de presse vient d’être tenue par la Commission nationale des étudiants en médecine ce lundi 17 juin à Rabat et dans laquelle la CNEM appelle, à nouveau, les ministères de l’Éducation et de la Santé à des actions concrètes tout en dénonçant la pression du gouvernement sur les parents, enseignants et étudiants dans les cités universitaires. Récemment, trois enseignants ont été suspendus de leurs fonctions sans oublier que des parents ont été convoqués pour des réunions afin de pousser les étudiants en médecine à cesser le boycott. Ces derniers, ont également été menacés d’expulsion des cités universitaires…

La CNEM demande au gouvernement de répondre concrètement aux revendications des étudiants en médecine, afin que « les 18.000 grévistes regagnent leurs facultés. »

Publicité

Selon les informations rapportées par le HuffpostMaroc, les futurs médecins se préparent « à une marche nationale après la fin du délai des examens ainsi qu’à un boycott des rattrapages et espèrent qu’une session normale de l’examen soit reprogrammée. »

Journaliste et animatrice. Mon métier est ma passion... Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur ? Les animaux.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Le Maroc c’est…

Mon beau Riad : Fès, entre tradition et modernité

10 choses dont tu te rappelleras seulement si tu es né avant Internet

Le Guide du voyageur : Voyager moins cher, c'est possible

5 choses que les marocains doivent absolument faire pendant ce Ramadan

Voici les profils qu'on retrouve dans les facs marocaines !

Etudiants, voici les dates de vos futurs examens scolaires pour l’année 2020/2021

Ces gâteaux d'anniversaire qui ne ressemblent pas aux vôtres

L'histoire de cet ingénieur marocain, emprisonné à tort au Gabon, va vous faire de la peine

Ce dont ta vie aurait l'air si tu étais née princesse