fbpx

Interview : Loubna Jaouhari, derrière l’humoriste se cache une femme forte qui sait où elle va

Par

L’humoriste Loubna Jaouhari est une femme qui déborde de créativité. Ses personnages sont adorés du public marocain qui la suit en masse. Au moment où nous écrivons ces lignes, la jeune femme a 1,9 million d’abonnés sur Instagram. Ses followers peuvent la suivre dans sa vie, rire avec ses capsules déjantées.

Publicité

Son compte est un vrai rayon de soleil qui peut illuminer vos journées. Welovebuzz a rencontré cette artiste, qui étonnamment est une femme très terre à terre, et qui sait où elle va et qui a un avenir radieux devant elle. La jeune femme s’est prêtée au jeu des questions et nous a révélé un peu plus sur son histoire.

Publicité

Peux-tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas ?

Je m’appelle Loubna Jaouhari, j’ai 29 ans. J’avais un travail, à un moment, je me suis rendue compte que je voulais devenir comédienne. Lors de la première année, j’ai navigué entre les deux. Puis j’ai pris la décision de démissionner et de me lancer dans cette aventure.

En l’espace de quelques mois, tu es devenue une référence sur les réseaux sociaux avec ton contenu humoristique.

Non, pour arriver là où j’en suis, ça a pris du temps. J’ai commencé en 2018, en une année j’ai pu atteindre 100.000 abonnés. En janvier 2020, j’ai franchi la barre du million d’abonnés. J’ai beaucoup travaillé pour arriver là où j’en suis. Je ne suis pas apparue juste comme ça sur les réseaux sociaux.

Derrière les apparences, il y a en fait une femme qui se dédie entièrement à son travail, qui trime jour et nuit… D’où te vient ton inspiration ?

Je ne fais qu’observer autour de moi. Je peux être n’importe où et m’inspirer des gens que je rencontre au quotidien. La plupart des personnages que je fais existent réellement dans ma vie quotidienne, je ne fais qu’y ajouter un soupçon d’humour.

Comment as-tu eu le déclic pour commencer à faire des vidéos ?

J’étais en dépression. J’étais sur Instagram et sur Facebook et je regardais des vidéos et je me disais “je peux le faire aussi”. Quand j’étais petite, on me disait toujours que j’étais forte en imitations. Je suis partie chez ma directrice à l’époque et je lui ai confié que j’allais commencer à faire des vidéos. Elle m’a dit fonce. Elle m’a laissée partir plus tôt du travail. C’est là où j’ai fait le premier spipo (personnage culte qu’incarne Loubna Jaouhari). Dès que j’ai fini la vidéo, je l’ai envoyée à une copine et son mari. Si ces deux personnes n’avaient pas ri et m’avait encouragée, je n’en serai pas là où j’en suis.

Sinon mon entourage se moquait de moi au tout début, en 2018. Dès le premier jour où j’ai commencé, j’étais critiquée. Ce n’est qu’en 2019 que les gens ont commencé à croire en moi. En 2020, je me suis fait un nom. Mais je considère que je ne suis qu’à la première étape de ma carrière. Il y a tellement de choses à faire : La scène, la télé, etc. Pour moi ce n’est que le début.

Tu ne comptes pas te limiter juste à faire des vidéos sur les réseaux sociaux ?

Si tu remarques sur mes réseaux sociaux, je commence à faire vivre mes personnages, je les fais sortir, comme s’ils étaient réels et je veux pouvoir passer à autre chose. Je suis en train de préparer mon spectacle d’ici deux ans, le temps que je sois prête pour la scène.

je veux faire de la télé, mais je veux rester comédienne, être dans la peau de personnages. Je ne veux pas me cantonner juste au digital.

Quel est le goal ultime ?

Je veux créer ma propre mini-série à la télévision. Ramener les idées et l’écrire.
Je ne me limite pas au Maroc, je suis ouverte au fait d’aller à d’autres pays.

Quelles sont tes prochaines étapes ?

Je prépare un concept qui sera diffusé sur les réseaux sociaux pendant le mois de ramadan. Un nouveau concept, sur ma chaîne YouTube. J’essaie de me réinventer même sur mon compte Instagram.

Humaniste, je cherche avant tout à raconter des histoires qui peuvent vous inspirer. Journaliste dans l'âme depuis mon plus jeune âge.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Quiz : Quel type de collègue toxique es-tu ?

Comment reconnaître la période des élections communales au Maroc ?

Mug cake, la solution ultime des paresseux qui aiment manger

Les selfies ne datent pas d'aujourd'hui

10 types de voisins que tu trouveras dans un quartier marocain

11 choses qui font la particularité de toutes les mamans marocaines 

Les 10 endroits à absolument visiter au Maroc

Découvrez en images les graffitis les plus loufoques et drôles

6 phrases que tu entends systématiquement quand tu es en retard

6 raisons de regarder "Maléfique: Le pouvoir du mal"