Un gynécologue a utilisé son propre sperme pour au moins 17 inséminations

Par le 12 octobre 2020 à 20:30

Incroyable mais vrai. Un gynécologue néerlandais de l’hôpital Isala de Zwolle aux Pays-Bas avait utilisé son propre sperme pour au moins 17 inséminations entre 1981 et 1993, à l’insu des parents qui pensaient avoir eu recours à des donneurs anonymes.

Publicité

On attribue au médecin, aujourd’hui décédé, au moins 17 enfants conçus de cette façon. Le gynécologue Jan Wildschut, qui travaillait dans une clinique de fertilité, a utilisé son sperme lors d’inséminations artificielles à l’insu de ses patientes qui pensaient faire appel à un don anonyme. D’après les informations rapportées par un média local, la vérité a éclaté quand on a découvert une correspondance ADN entre un des enfants « victimes » et une nièce du médecin, grâce à une base de données commerciale.

Publicité

D’après l’hôpital, il pourrait y avoir plus d’enfants concernés par cette histoire. On ne mènera, toutefois, aucune enquête car « cette affaire a eu lieu à une époque où il n’y avait pas de cadre légal régissant les traitements de la fertilité », déclare une source.

Une affaire similaire s’était produite, ironiquement par un autre docteur qui portait également le nom de Jan et qui travaillait dans une clinique de fertilité. Ce dernier a engendré au moins 49 enfants, voire plus, de la même manière.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

15 émotions que les gens qui n'aiment pas l'hiver ressentent en ce moment

16 étapes par lesquelles nous passons en période d'examens

'Tu préfères ?' : 10 dilemmes qui vous feront réfléchir

Qui est Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe marocain qui séduit New York ?

23 signes qui montrent qu'elle est ta meilleure amie... la vraie

17 choses que seuls les gens qui aiment l'hiver comprendront

Du ”Gueddid” au ”Boulfaf”, le Maroc après Aïd El Adha ne vous laissera pas indifférents

12 choses qui font de French Montana un 'Weld Lblad' dont on peut être fiers

Ces Marocains qui fuient le confinement en France et télétravaillent du Maroc

Ces chansons qui nous ont fait danser pendant notre adolescence