fbpx

Un gynécologue a utilisé son propre sperme pour au moins 17 inséminations

Par le 12 octobre 2020 à 20:30 - 486 réactions

Incroyable mais vrai. Un gynécologue néerlandais de l’hôpital Isala de Zwolle aux Pays-Bas avait utilisé son propre sperme pour au moins 17 inséminations entre 1981 et 1993, à l’insu des parents qui pensaient avoir eu recours à des donneurs anonymes.

Publicité

On attribue au médecin, aujourd’hui décédé, au moins 17 enfants conçus de cette façon. Le gynécologue Jan Wildschut, qui travaillait dans une clinique de fertilité, a utilisé son sperme lors d’inséminations artificielles à l’insu de ses patientes qui pensaient faire appel à un don anonyme. D’après les informations rapportées par un média local, la vérité a éclaté quand on a découvert une correspondance ADN entre un des enfants « victimes » et une nièce du médecin, grâce à une base de données commerciale.

Publicité

D’après l’hôpital, il pourrait y avoir plus d’enfants concernés par cette histoire. On ne mènera, toutefois, aucune enquête car « cette affaire a eu lieu à une époque où il n’y avait pas de cadre légal régissant les traitements de la fertilité », déclare une source.

Une affaire similaire s’était produite, ironiquement par un autre docteur qui portait également le nom de Jan et qui travaillait dans une clinique de fertilité. Ce dernier a engendré au moins 49 enfants, voire plus, de la même manière.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

20 avantages de vivre à Rabat

10 choses que tout étudiant a déjà vécues

10 types de personnes qu'on croise dans les transports en commun

20 choses que font les hommes et que les femmes adorent

8 choses que tu peux faire après un message de rupture

Le plus long nom de ville européenne est Llanfairpwllgw...

Quiz : Si tu as plus de 7/10 à ce quiz, tes amis sont chanceux de t'avoir

Quiz : Fan de chair de poule, réponds à ces questions et on te donne le FILM à voir

Voici les 4 entreprises marocaines qui figurent dans le classement Moyen-Orient de Forbes

Dans les années 1800, on prenait les photos de famille avec les morts