fbpx

Voici ce qui vous attend si vous refusez de rejoindre le service militaire…

Par le 28 janvier 2019 à 15:39

Le service militaire est toujours au coeur de l’actualité. Toutefois, de nouvelles informations viennent d’être dévoilées concernant les prochains conscrits.

Publicité

Alors que 10.000 jeunes marocains seront appelés au service militaire obligatoire dès septembre prochain, et percevront un salaire mensuel entre 1050 et 2000 dirhams, de lourdes peines et sanctions seront imposées contre toute personne désobéissante.

Publicité

Selon le quotidien arabophone Al Massae, la loi prévoit une peine de prison allant d’un mois à 6 mois de prison, si vous refusez de comparaître devant la commission de recensement en plus d’une amende de 2000 à 5000 dirhams. Si vous tentez d’échapper au service militaire, la peine pourra s’aggraver. La même peine est applicable contre toute personne qui vous empêche de rejoindre la caserne.

La même source a ajouté que  les conscrits au service militaire obligatoire seront formés dans les centres d’El Hajeb, de Beni Mellal et de Casablanca, ainsi que ceux situés au sud du Royaume.

Notons également que le service militaire est désormais facultatif pour les femmes et les marocains résidents à l’étranger. 

 

 

 

Journaliste et animatrice. Mon métier est ma passion... Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur ? Les animaux.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

15 signes qui font de toi une personne ambitieuse et déterminée

Quiz : Réponds à ces questions et on te dira pourquoi tu es célibataire

Photos : Réaction des hommes après avoir vu leurs femmes en robe de mariée

Réviser avec son meilleur pote, c'est possible ?

Voici les 10 séries les plus regardées en 2020

Voici le Top 10 des restos libanais sur Casablanca

5 versets qui prouvent qu'Islam ne rime pas avec terreur

Si tu n'es pas du tout photogénique, tu te reconnaîtras sûrement dans cet article

Ces 8 Marocains que l'on rencontre après Ramadan

Je suis Marocaine, je me suis fait avorter à six mois de grossesse, voici mon histoire