fbpx

Ecolibree, un projet initié par un groupe de jeunes étudiants pour briser le tabou des règles au Maroc

Rhita

Par le 13 décembre 2017 à 13:10

Depuis quelques années, on constate le craquèlement progressif du bloc du tabou des règles chez les femmes. Peu après la parution de l’édition du magazine L’Équipe arborant une couverture pas des moins explicites et de plusieurs manuels relatant du sujet en question, c’est au tour de 5 étudiants de Sciences Po Paris, originaires de France (Charles Culioli), de Tunisie (Walid Ben Hamadi et Moez Rais), du Maroc (Rita Sekkat) et de Turquie (Denizalp Goktas), de continuer à briser ce tabou.

Pour ce faire, lesdits étudiants ont mis au point un projet de lancement d’une campagne de sensibilisation, du 15 au 17 décembre, dédiée aux filles vivant dans le centre d’hébergement Dar Attaliba situé à Imintanout à proximité d’Agadir, où ils leur distribueront des kits de 6 serviettes hygiéniques réutilisables portant le nom d’Ecolibree et les sensibiliseront quant à la problématique et à l’importance de l’hygiène chez la femme de manière générale.

HuffpostMaghreb

Le financement du projet a pu se faire grâce à leur participation au « Challenge Solidaire », un concours organisé par leur école en collaboration avec la DCI (Direction de la Coopération Internationale) de Monaco. Leur arrivée en 2ème place leur a octroyé une bourse de près de 50 000 dhs ayant pour but de les aider à mener à bien leur action humanitaire.

Selon une des étudiants, le concours avait pour objectif de mettre en place un projet entier prônant l’aide aux enfants vulnérables du Maroc. L’inspiration leur vient d’un projet similaire lancé par l’association Wallah We Can en Tunisie, d’où leur initiative de lancer un appel d’offres au Maroc suite auquel ils ont choisi une PME de Fès spécialisée dans la conception de serviettes hygiéniques 100% coton, biodégradables, dénuées de tout produit chimiques, respectant l’hygiène intime et pouvant être utilisées plusieurs années.

Les 5 étudiants ne parlent pas encore de la commercialisation du produit, car le projet est, en premier lieu, à but humanitaire et donc non-lucratif.

« À actions honorables, retours honorables » : plusieurs associations marocaines ont pris attache avec eux pour leur faire part de leur volonté de mener des campagnes dans le futur à l’image de celle prévue.

Nous, on ne peut que…

Rhita

Amoureuse de la rédaction depuis mon plus jeune âge, je mets ma plume à votre disposition pour vous apporter le meilleur du net.

Les indémodables

10 choses qui t'arrivent si tu sors avec un fan du Barça

Mode d'emploi : Comment énerver un marocain ?

10 choses que les Marocains aiment les jours de pluie

5 choses que Game of Thrones nous a apprises ces 5 dernières années

5 footballeurs marocains qui ont refusé de porter le maillot national

14 choses que seul un superhéros téléconseiller reconnaîtra​

Le mari marocain idéal en 10 points

11 façons d'insulter une fille sans dire de gros mots

Ces 13 fois où son Altesse Lalla Salma nous a donné des leçons de style

Toi petit vs toi maintenant : 8 différences dont tu viens de te rendre compte