fbpx

Les Marocains ne veulent pas mourrir du Cancer !

Par le 11 décembre 2019 à 10:45

Le secteur de la santé au Maroc se porte au plus mal, et ce n’est un secret pour personne ! Certains en souffrent plus que d’autres, notamment les personnes ayant des maladies chroniques et à haut risque de décès.

Publicité

Les personnes atteintes de cancer n’en sont pas à la fin de leurs déboires dans les couloirs des hôpitaux publics. La toile s’est  mobilisé avec la campagne  » #مابغيناش_نموتو_بالسرطان« . Une campagne digitale  pour exiger l’accès rapide au traitement du cancer.

Publicité

Ceci avait débuté avec le témoignage viral de Nouhad, une jeune femme issue de la ville de Safi, et dont la santé s’est fortement détériorée à cause des processus de traitement dans les hôpitaux publics. Alors qu’elle souffrait d’une tumeur au sein, on ignora complètement ses appels à la rescousse en n’accordant aucune importance à ses symptômes. S’y ajoute les rendez-vous éparses de plusieurs mois. La jeune femme s’est retrouvée avec un cancer métastatique, qui se propage au delà du site de base. Après plusieurs séances de chimiothérapie, elle devait se faire opérer directement après pour éviter la propagation du cancer. On ne lui donna rendez-vous que plusieurs mois après. Résultat: un nouveau cancer au niveau des os. Nouhad n’est pas un cas isolé. Plusieurs personnes se sont manifestés par leurs témoignages. Ceux qui n’ont pas les moyens de se soigner finissent par dépérir, face au manque de moyens alloués, et du matériel adéquat présumé.

Publicité

Les indémodables

Quiz : À quel point es-tu 's9irem' ?

Découverte : Pietro Sedda, l'italien aux tatouages surréalistes

12 délicieux cocktails qui se marient avec du Sprite

13 phrases que tu commences à dire quand tu as un travail

9 preuves que les étudiants sont des cuistots à part entière

16 bonnes raisons de ne pas sortir en été

7 moments où nous détestons Facebook

Quand les minions décrivent parfaitement ta vie

20 personnes que tu rencontres à la bibliothèque universitaire

Mon beau Riad : Fès, entre tradition et modernité